Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 22:55

smoh.jpg

6 titres : 21 minutes

1.     Aux Premières Eternités

2.     Les Yeux Du Temps

3.     Errances

4.     Nova Persei

5.     Algol

6.     Extinction

 

Déjà présent dans nos pages au début de l’histoire de Yargla par son interview à l’occasion de la sortie de Smolensk Combustion, Smohalla revient ici avec la sortie de sa seconde démo Nova Persei, et quelle démo mes aïeux...

Déjà que leur premier opus m’avait sévèrement botté... Nova Persei se trouve être plus abouti que celui-ci  et le travail fourni ici s’avère titanesque. L'écoute de Smohalla est toujours une grande joie pour se plonger dans un voyage aux destinations oniriques. Ici, l’étiquette est dure à poser même si l’on ressent toujours et encore la touche posée par Slo. Aux mélodies complexes viennent s’ajouter un univers progressif. Le voyage est à la fois sombre et agréable. On ressent certes les diverses influences, notamment la majeure qu’est Ulver. Au cours des morceaux, Smohalla parvient à marier son époque récente (plutôt électro) à celle de ses débuts (épique, black métal et par moments acoustique, je pense ici notamment au morceau « Les Yeux Du Temps » qui pour tout vous avouer est le morceau qui m’a le plus charmé dans cette démo. Mêlant moments très atmosphériques, chants clairs de très bonne facture, montées orchestrales, je peux me tromper mais il me semble que Slo est parvenu à donner aux guitares un son de violoncelle. Enorme. Jonglant entre un tempo lancinant et une partie très technique à la manière d’un Ved Buenes Ende, je me plais sincèrement à écouter ce morceau en boucle. Quitte à choquer les durs de durs, je me permettrai de dire que par la présence des cuivres, Smohalla m’a rappelé un peu Dimmu Borgir(période actuelle) dans l’atmosphère ici offerte. Ce morceau est le plus long mais aussi le plus varié. Concernant le chant, ou plutôt devrais-je dire les chants, comme dit précedemment à propos des clairs, ils sont sincèrement bien de très bonne facture. On sent que l’ami Slo s’est encore amélioré dans ce domaine depuis la première démo. Le chant plus agressif est aussi parfaitement réussi. Il me rappelle un peu le chant présent dans le tout premier album d’Helheim. Strident, plaintif, il apporte le côté un peu plus violent et noir.

S’en suit « Errances », la plage la plus courte qui, selon moi, se présente comme une véritable berceuse. Mais pas dans le sens où l’auditeur s’endormirait d’ennui, non, plutôt dans l'idée que ce dernier se sent vraiment bercé par les douces mélopées de clavier et le travail effectué sur les chœurs. J’ai été vraiment transporté par celle-ci, flottant dans les airs, m’enfonçant petit à petit dans de sombres vapeurs.

Sans pour autant être agressive, la suivante « Nova Persei » vient un peu réveiller les troupes par son début mélodiquement complexe et technique, les chants accompagnant bien l’ensemble. D’ailleurs, un petit côté Solefald est à noter dans celle-ci, avec à nouveau une autre partie à la Ulver dans le break au piano, un petit côté Bergtat… selon moi.  Entre parenthèses, on notera de la part de Smohalla le désir d’accentuer les arrangements car à ce niveau le tout s’avère bien riche, nettement plus que sur Smolensk Combustion, je trouve.

« Algol » arrive ensuite, toujours riche en atmosphères planantes. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié le côté assez psychédélique par lequel ce morceau débute, notamment par l’utilisation de la pédale wah-wah. Original. Et toujours un énorme travail technique sur tous les instruments, ainsi qu'un chant toujours aussi mélancolique et épique.

Et le voyage se conclut par « Extinction ». Celle-ci fait véritablement office de générique de fin d’ailleurs. Je la verrai parfaitement dans un film bien sombre. Une basse très présente apportant lourdeur et « groove », le mot est lâché, le cd se conclut comme il débute : par des murmures de femme, sur celle-ci il me semble qu’ils sont en croate, si je ne m'abuse. A confirmer.

 

Ce serait presque les larmes aux yeux que l’on revient à la réalité. Dommage. Et arrivé là, que dire ? J’en resterai presque sans voix mais je dois avouer que cette démo a été une véritable révélation pour moi cette année. Et je ne saurai que vous forcer à y jeter une oreille tant le voyage ici s’est à nouveau présenté comme excellent, mélodique, technique, atmosphérique, progressif, bref les mots me manquent. Depuis réception, j’ai du écouter Nova Persei au minimum une cinquantaine de fois. Et je ne parviens toujours pas à m’en lasser. Donc je vous invite, non, je vous oblige à y jeter ne serait ce qu’une oreille. Que l’on aime ou pas, force sera de constater que ce trio possède vraiment un potentiel énorme. La seule chose qu’il me reste à désirer, c’est de les voir se produire en live où tout simplement prendre mon mal en patience avant la sortie de leur prochain opus. Amateurs de mélodies etherées, de voyages spirituels en tout genre ou plus globalement de post-black atmosphérique et technique, jetez-vous sur Nova Persei.

 

www.myspace.com/smohalla  

smohalla.fr.nf

Partager cet article

Repost 0
Published by Hugh Grunt - dans CHRONIQUES
commenter cet article

commentaires