Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 18:17
JESUSEGG-'The Second Coming

AUTOPRODUCTION/2019

 

 

Jesusegg et ce nom peu commun nous emmènent dans l'Ohio et nous proposent ce second Ep (qui fait suite donc à un Ep puis un démo).

 

Ce « Second Coming » est sorti en 2019 et le mieux que l'on puisse dire, c'est que le combo fait dans l'ultra puissant, le barré et déjanté.

Vocalement déjà on tombe sous le charme des variations fort gutturales d'une part, puis de plus grinçant,aigü et ciolent d'autre part.

 

Alors étiqueter Jesusegg à la simple appellation 'Grindcore' sur des titres comme « Improper Use of Breast Pump », Eat Sleep Rape », « Gunt Hunt », et j'en passe, on y retrouve également des variantes plus powerviolence, plus hardcore comme sur « Dildozer » et son passage moshpit, plus black metal comme pour la dissonante « Succelus » ou encore plus mathcore sur « Cervical Rot » et « Anti-Christamine » et ses excellents passages lourds et l'hypnose riffesque qui l'y accompagnent pour s'achever sur quelque chose de dérangeant.

 

Les morceaux sont courts et n'excèdent pas la minute trente.

Mention spéciale à la barrée « Reverse Baptism ».

Les influences et styles s'accordent follement bien et le rendu de ces quinze titres pour moins de onze minutes s'avère autant détonnant que bon.

Hugh Grunt

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 17:00
THE WATCHDOGS-'The Stone and The Horde'

BAD ROAD COGITO ERGO SUM/2013

 

 

Découvrons ici un combo russe, The Watchdogs dont l'album envoyé par Anton de No Name Records datant de 2013 se présente sous un superbe packaging en format A5 et au visuel excellent.

Pour cet album sorti sous l'égérie de Bad Road Cogito Ergo Sum, c'est déjà un point marqué qui a su ici attirer ma curiosité tant visuelle qu'auditive.

 

Et là.....mais quelle gifle pour les oreilles !!!

 

La tarte infligée par ce savant mélange de death'n'roll ultra groovy à la Entombed et graveleux puis de passages plus southern metal pour le côté 'power'.

 

Le quatuor met déjà la barre très haut avec un titre comme « Revelation » et ses riffs gras, ses rythmiques barbares et accrocheuses ainsi qu'une voix qui fait grassement le taf. L'accroche est déjà sciemment menée.

L'éponyme « The Stone and The Horde » a cette énergie catchy qui n'est pas sans me rappeler les tupadoomers italiens de Carcharodon : ce côté groovy et positif tout en étant bigrement couillu !

On a « The Eye Of Medusa » aussi dont l'accroche se fait directement addictive.

Entre ce headbang au gré du death'n'roll humant le whisky et la vodka puis ces passages qui raviraient tous les fans de groupes comme Crack Up voire encore Blöod Düster .

 

On retrouve dan le titre « The Watchdogs » ce côté martial et power que l'on a dans un morceau comme « Walk » de Pantera.

Ce type de morceau entraînant où tu reprends naturellement le refrain.

Et cette rythmique...

 

The Watchdogs en offrent pour tous les goûts et propose également une touche plus progressive comme sur « Sunlight » qui se démarque de la touche énergique de l'album.

Le travail y est plus mélodique et down tempo.

Vocalement, on appréciera les variations apportées témoignant d'une bien bonne maîtrise par le chanteur.

Si l'on pouvait imager, ce morceau a certains passages qui ne sont pas sans rappeler un Paradise Lost avec un son à la sauce Göteborg.

Le rendu est excellent.

 

L'album est une sacrée déferlante, une lourde dose de morceaux aussi addictifs les uns que les autres.

Le power death'n'roll fait mouche.

Aux dernières nouvelles, le groupe a changé de nom en 2016 et se nomment désormais Cannonball Mephisto et ils ont sorti un Ep en 2019.

A surveiller !

 

Hugh Grunt

Partager cet article
Repost0
15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 22:40
ASCHENVATER-'Landungsfeldmassaker'

DEAD CENTER PRODUCTIONS/GRAND SOUNDS PR-2021

 

 

Un départ pour le champ de bataille s'opère aujourd'hui avec cet Ep de 7 titres des allemands d'Aschenvater qui proposent un death metal old school aussi sombre que belliqueux.

 

Une introduction donne le ton avec l'instrumentale « Der Beginn... » où un riff glacial et répétitif s'alourdit d'une distorsion puis d'un rythme de batterie bien massif.

 

Les morceaux et scénarios qui suivent savent proposer un death metal bien old school et ô combien lourd avec une ambiance guerrière à souhait.

 

On saura apprécier « Im Feuersturm... » scindée en deux parties.

Le démarrage se fait sur une rythmique lente avec des lourds riffs, l'ensemble tendant vers un doom death pesant, et ensuite le tempo s'accélère avec ce bon vieux 'poum tak' comme on le faisait avant, celui qui pousse au headbang à l'ancienne alors que les riffs mitraillent ensuite pleinement.

Vocalement on s'approche d'un chant très écorché n'étant pas sans rappeler Sir Van Drunen ou encore Morgoth.

 

Avec « Massaker... », c'est un interlude instrumental qui dépeint parfaitement un combat entre lourdes artilleries dont nous discernons quelques samples, le riff est lourd et la rythmique lancinante et ce titre n'est pas sans rappeler quelques titres du même acabit de Marduk.

 

L' Ep se déroule sous cette lignée : catchy, lourd et à l'ancienne.

On trouve même quelques soupçons scandinaves sur un morceau comme « Blut Auf Schwarzer Sand... » dont nous pourrons saluer également ce break bien lourd à la moitié dudit morceau.

 

Saluons aussi l'excellent « Verräter » où la batterie martèle sèchement sur un rythme de char d'assaut, où les riffs sont mélodiquement aussi lourds qu'incisifs et le chant déclamant dans la langue de Goethe est véritablement puissant.

De la violence certes mais nous y apprécierons également ce final ultra épique et aux mélodies ici dignes d'une saga héroïque.

 

Aschenvater ne révolutionne peut être pas le style mais leur death metal old school et rugueux savent plaire dès que l'on est nostalgique du genre.

A conseiller aux amateurs d'Asphyx, Memoriam ou encore Bolt Thrower pour le trip militaire.

Hugh Grunt

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2021 7 13 /06 /juin /2021 22:33
STENCH COLLECTOR-'Effluvatorium du Jour'

Redefining Darkness Records/2021

 

 

L'ordre du jour se fait à la guise du old school et nous allons parler d'un combo américain répondant au nom de Stench Collector qui propose cet Ep sur Redefining Darkness.

 

Et c'est dans une putride poisse que vous engouffrent ces quatre titres et intro qui donne le ton : de l'horreur, de l'oppression crasseuse et de la brutalité sans concession aucune.

 

On aimera, nostalgiques que nous sommes, ce son qui dégouline lentement dans les catacombes.

Les riffs sont lourds, le chant vomitif et nauséeux, les rythmiques quant à elle assomment lourdement tout auditeur non prêt à être malmené.

 

On pensera de par ce côté pur à des combos comme Autopsy ou encore Putrid Offal.

 

Un véritable moment de malaise pachydermique vous exécute sur « Carrion Cellar » plutôt brutal, les riffs hument la chair en décomposition et vous incisent le crâne, la rythmique vous tape lourdement pour que vos chaires soient plus fermes et le chant graveleux vous trépanent à bon escient.

 

L'ensemble des morceaux suinte langoureusement, les passages plus doom vous écrasent la carcasse comme sur la purulente « Gutworm » et sa puissante emprise.

Les autres titres sont du même acabit : lourds, destructeurs et catchy.

 

Les amateurs de death metal bien sale regroupant tous les nectars d'antan sauront apprécier pleinement ce très bon disque à la pochette fortement bien exécutée également.

A suivre !

 

Hugh Grunt

Partager cet article
Repost0
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 00:15
HxTxD-'Cannibals

AUTOPRODUCTION/2021

 

 

Un petit tour s'impose aux USA avec cet Ep des gaillards d' HxTxD et leurs 5 titres d'un metal axé thrash aux riffs bigrement accrocheurs.

 

Le combo combine thrash à des instants plus heavy et même une petite touche un peu southern qui apporte un aspect ultra épique comme notamment pour l'excellente « Bread and Roses » et cette ambiance qui s'approcherait d'une marche vers le combat des troupes.

 

Vocalement, nous avons une alternance d'une voix thrash bien grinçante et d'une autre purement death gutturale utilisée à bon escient.

Le côté mélodique enchante, les rythmes varient d'un mid-tempo à un autre beaucoup plus dynamique et explosif comme par exemple sur « Static Contagion » et son début assez black avant de partir sur quelque chose s'avérant comme un appel au headbang.

 

On appréciera également le côté plus punk/thrash de « Bite The Hand » où l'accroche se fait naturellement.

 

« I can do better » suinte également cette ambiance épique avec ses riffs mélodiques entêtants et toujours ces alliances vocales de bon aloi et ce solo bien exécuté.

 

Chapeau également au titre d'ouverture « The Storm » et cette vélocité mélodique énorme au rythme de la double pédale qui déroule à foison rendant la formule complète catchy à gogo.

 

Un Ep aussi varié que plaisant, bourré d'énergie positive, autant dire qu'il faudra garder une oreille et un œil attentifs sur ce groupe américain.

 

https://www.facebook.com/TheHXTXD

 

Hugh Grunt

Partager cet article
Repost0
14 mai 2021 5 14 /05 /mai /2021 23:00
HATEVÖMIT/NUNSLAUGHTER- 'Nunslaughter/Hatevömit (split cd)'

GRIMM DISTRIBUTION/METAL OR DIE RECORDS- 2019

 

 

Parlons aujourd'hui d'une collaboration entre Grimm Distribution et Metal Or Die Records pour ce split regroupant les cultes et expérimentés américains de Nunslaughter puis les sombres esprits turcs d' Hatevömit pour une alliance des plus diaboliques.

 

Nous avons ici deux combos qui progressent dans un esprit très raw et brut de décoffrage.

 

Hatevömit sert deux titres d'un black/death varié selon les morceaux.

Celui d'ouverture, « Possessed Nightmares », se déroules dans un climat assez lourd et assez doom/black au niveau instrumental puis death vocalement.

On alterne un rythme assez lancinant progressant sur une partie légèrement accélérée mais cependant bien lourde avant de revenir vers ce tempo plus posé et aux ambiances plutôt lugubres.

 

Les turcs poursuivent avec « Necro Future » où le rythme s'est accéléré et où les riffs et vocaux posent une ambiance assez particulière assez poisseuse et evil à souhait.

L'accroche sombre du morceau se fait naturellement dans ce morceau death au satanisme débordant.

 

Puis Nunslaughter se charge de poursuivre l'offrande au Malin avec l'excellente « Fuck The Bastard » dans un registre thrash/black punk vraiment accrocheur. Le morceau est court mais va droit au but avec cette rythmique qui distribue de la beigne à tout va alors que les riffs agressifs tranchent et tabassent également et que le chant crache toute sa haine dans un registre black/thrash.

 

« Satanic Slut » donne place à un morceau toujours aussi explosif thrash à souhait alterné par une partie aux riffs plus saccadés, l'ensemble détonne vraiment et l'on se plaît à être maltraité de la sorte.

 

Un très bon skeud avec des morceaux des plus sombres et efficaces pour tous les adorateurs d'underground.

 

Hatvömit   https://www.facebook.com/htvmt

Nunslaughter: https://www.facebook.com/NUNSLAUGHTER

Hugh Grunt

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2021 3 12 /05 /mai /2021 23:56
EVADNE-'Dethroned of Our Souls'

FUNERE RECORDS/2019

 

 

Une production de chez Funere Records s'invite dans nos pages avec le combo espagnol Evadne qui balance un doom death des plus mélancoliques.

 

Illustré par les soins de Jade, gérante de Funere Records, « Dethroned Of Our Souls » n'est pas un album à proprement parler mais plutôt une compilation regroupant une démo, des morceaux remasterisés,une reprise d'Officium Triste puis un morceau live.

 

Un total de huit morceaux est proposé, permettant de découvrir ou redécouvrir l'art mélodique du groupe mais également de constater l'évolution du style au fil des années.

 

On démarre effectivement sur un ton doom death très confirmé avec « Bleak Rememberance » et son tempo lent, ses riffs aussi lourds qu'empreints de désarroi, et ce chant death bien grave et profond de fort bonne facture.

 

Au cours de l'avancement, on constate que le genre évolue donc vers un doom encore plus mélodique et progressif agrémenté même de chant féminin ou encore de claviers comme dans « At The Edge Of The Cliff » qui ne sera pas sans rappeler les mythiques Orphanage par exemple.

 

« Colossal » quant à lui nous démontre les qualités scéniques d'Evadne et l'on en saluera la qualité du son et de l'accroche.

Les mélodies prennent aux tripes, sont touchantes et pourront rappeler les combos cultes comme My Dying Bride, voire même (old)Anathema.

Le chant reste guttural mais sait varier aussi sur du chant clair et également parlé.

 

Une très bonne compilation qui sait retranscrire toutes les qualités des espagnols oeuvrant dans ce style mélancolique accrocheur qui ravira à coup sûr tout amateur du genre.

 

https://www.facebook.com/EvadneOfficial

Hugh Grunt

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 22:51
DEKONSTRUKTOR- 'Eating The Universe'

VISCERAL CIRCUITRY-2018

 

Mettons aujourd'hui la lumière sur un obscur projet russe remis à l'ordre du jour en format cassette 2018 chez Visceral Circuitry, label nordiste dirigé par Mr Gab  de Nihilistic Holocaust.

 

Initialement sortie en 2018, cette réédition propose un doom sludge ultra massif et planant avec un côté noisy selon les passages.

 

Les morceaux s'avèrent assez longs à l'exception de l'intro « Out » et de « 14 ».

D'ailleurs, ce morceau se démarque des autres naviguant plus dans les eaux poisseuses du grunge, mais d'un grunge bien crade avec cette touche très 90's, ce chant saturé avec également beaucoup de delay.

C'est un peu le genre de morceau que l'on aurait pu retrouver chez les Weymouth rockeurs de Nightstick.

 

Une véritable addiction s'opère sur « To The Red Part 2 » tant le riff principal accroche et que la magie de sa mélodie ensorcelle.

Le rythme est aussi lancinant que groovy et ce son fuzz bourdonne à souhait.

 

Les russes développent l'art de l'hypnose dans chaque morceau que ce soit par la répétition de riffs simples, par l'usage de wah wah qui compresse les neurones mais encore avec les effets flanger qui renforcent le côté quasi psychédélique comme dans « Mindcutter » qui ne sera pas sans rappeler Electric Wizard tant au chant que dans l'aspect global des riffs et des rythmes.

 

« Dekonstruktor », morceau le plus long de l'album, est totalement instrumental et propose ce sludge avec quelques sonorités plus indus qui ne serait pas sans ravir les amateurs de Godflesh avec en plus ici et là ces nappes sonores qui posent une ambiance plus atmosphérique lorsque le vrombissement de la guitare s'amenuise quelque peu.

La formule vous entraîne dans une véritable spirale infernale, les infra basses poussées à fond vous tétanisent alors que le côté noisy, lui, vous triturera le cerveau.

 

Le sludge de Dekonstruktor vous aplatit sur l'enclume alors que le marteau rythmique et riffesque s'abat lourdement sur vous, mais ce sludge tend aussi à vous faire planer de par ses passages atmosphériques plus empathiques.

A écouter attentivement pour prendre amplement part au voyage diabolique.

https://www.facebook.com/DEKONSTRUKTORzero/

 

Hugh Grunt

Partager cet article
Repost0
5 mai 2021 3 05 /05 /mai /2021 00:13
KROKODIL DENTAL PLAN-'S/T Ep'

M&O MUSIC/2019

 

 

Passage en région parisienne avec cette première galette de Krokodil Dental Plan sortie en 2019 proposant cinq titres d'un bon gros rock'n'roll bien gras qui sent bon le whisky et les diverses ambiances enfumées.

 

Cinq véritables appels à tracer le bitume, cinq morceaux du diable tellement accrocheurs sont injectés et empruntent quelques sentiers parfois plus punk et d'autres plus stoner'n'roll.

 

On se laissera happer par l'énergie communicative d'un titre comme « Stockholm Syndrome » mais aussi par ses mélodies riffesques bien entêtantes et ce chant rockailleux qui fout la pêche.

 

Appuyons aussi sur le travail des soli s'avérant efficace et prenant toute son importance dans le style proposé.

Ces soli sont posés haut la main et collent complètement au dynamisme de Krokodil Dental Plan.

 

Nous avons deux schémas sur ce skeud : « Free Fire », « Take It » et « Stockholm Syndrome » sont les morceaux les plus rock'n'roll et énergiques au niveau tempo alors que « Piss Me Off » et « Bird Of Prey » se présentent sous une forme plus nuancée et mid-tempo avec cette touche stoner sur « Bird Of Prey ».

 

Une belle entrée en matière des rockeurs de Meaux qui aiment quand l'auditeur met l'doigt (Ndlr :facile oui!) dans la prise pour se prendre une bonne décharge de rock'n'roll.

Le combo a depuis sorti un second Ep, celui ci en tout cas ne déçoit aucunement en matière d'accroche

https://www.facebook.com/krokodildentalplan

 

Hugh Grunt

Partager cet article
Repost0
3 mai 2021 1 03 /05 /mai /2021 00:14
FEED THEM DEATH-'Panopticism: Belong/ Be Lost'

VOIDHANGER RECORDS/2020

 

 

Pour cette chronique, nous retrouvons un projet déjà paru dans nos pages et ayant laissé une forte impression, j'ai nommé : Feed Them Death.

 

Fort d'un premier album qui proposait déjà un brutal death grind des plus détonants, Void, chef d'orchestre de Feed Them Death que l'on a aussi pu connaître dans le combo italien Antropafagus, s'est accaparé quelques sombres esprits en featuring pour apporter encore plus d'ambiance dérangée à son art.

 

On y retrouve donc toute l'énergie dévastatrice du 1er album avec une touche encore plus oppressante mais néanmoins accrocheuse avec par exemple de très bonnes ambiances mélodiques comme sur « Apologue Of Descent ».

Le travail rythmique y est fou, les blasts déroulent, les vocaux alternent toujours cette voix death ultra gutturale à un chant plus black.

 

Nous parlions d'oppression ; « For Our Insolent Death » en est le porte drapeau avec son ambiance presque doom/sludge aux mélodies dissonantes ici puis lourdes à d'autres instants.

 

Cette oppression s'affiche sous une forme plus noisy/ ambient sur « Prescience/Evokism III » avec cette mélodie de guitare qui se répète, hypnotisant l'auditeur puis des notes de violons stridentes ainsi que des samples qui laissent place à un ressenti maladif dérangeant.

 

« Break The Infi-Nite » en impose également, se faisant riche en changements rythmiques complètement fous, proposant des passages blastés ultra bourrins puis d'autres plus punk/grind, et une vélocité énorme et toute aussi dérangée.

 

Un concentré déjanté de rage opère aussi votre malaisance avec « Dead Is Better » où les riffs déchirent à l'extrême alors que la batterie et les chants vous ensevelissent sous un amas de ruines tant l'ensemble vous explose en pleine face.

 

Un second album terrible de brutal death/grind schizophrénique, Feed Them Death reprend sévèrement là où il nous avait déjà laissé gravement atteints.

Depuis, un Ep est sorti et l'opus à suivre est déjà sur le point de voir le jour.

Autant dire que Void se plaît à brutaliser nos frêles esprits.

Du lourd, catchy et violemment addictif, à ne pas mettre entre toutes les oreilles sauf si vous souhaitez la désintégration des non avertis.

 

https://www.facebook.com/feedthemdeath

Hugh Grunt

Partager cet article
Repost0