Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 17:10
VALIUM TREMENS-'Valium Tremens (ep)'

AUTOPRODUCTION/2014

 

 

Affairons nous à ce combo parisien qu'est Valium Tremens qui a su proposer ce Ep en 2014,déjà, le temps passe vite, et ce sont quatre titres d'une base rock bien burnée où l'on retrouvera dans la langue de Molière de bonnes grosses doses de stoner/sludge.

 

C'est à coup de bonnes grosses guitares bien huilées que les gars définissent la lourdeur comme maître mot. Variant les aspects de leur rock couillu, on trouve une ambiance très bluesy sur « Chambre 2220 » par exemple depuis cette intro lancinante où la basse se fait oppressante puis enivrante.

 

Les même grattes se font southern metal sur la très groovy « Post Coïtal Blues » avec ses passages headbangesques.

Le chant varie,lui, entre chanté et plus guttural, et l'on pourrait se rappeler d'un zeste d'Acid Bath dans la démarche. Les rythmes quant à eux savent varier bien efficacement.

 

Nous parlions southern metal, l'esprit de Down et de la Nouvelle Orléans voguent sur « Ta Nuit » avec ces riffs saccadés et enchaînés sur cette ambiance très 'bar de motards' où l'on flaire bon le Jack, puis ce chant alliant nervosité à quelque chose de plus posé dans les refrains.

 

Le titre en guise de bonus, « Lâche Pas L'Morcif » donne dans l'énergie voire le bien énervé. La batterie se déchaîne, le chant rugueux vocifère sur les grattes bien speed. Le break se fait au chant clair et apaise la hargne, mais c'est sans compter sur le retour dynamique qui en impose.

 

Cet Ep de Valium Tremens est bien sympa à l'écoute, et il permet de passer du très bon temps en plus d'un quart d'heure. Même les plus réfractaires au chant français s'y feront et accrocheront à ce stoner rock au groove massif.

A noter que depuis, le groupe se présente sous un line up modifié, restons donc attentifs au combo pour voir la suite!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hugh Grunt - dans CHRONIQUES
commenter cet article

commentaires