Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 12:22

Voici les prochaines dates de concert pour Amphitryon :

 

* Dimanche 9 septembre 2007

RaismesFest 10e Edition - Raismes (Fr)

+Therion +Finntroll +Glenn Hughes +Pain Of Salvation +After Forever

+Gotthard +Delain +Seraphim +Syren's Call +Misanthrope +Koritni...

Ouverture des portes : 14 h 30 (samedi) / 13 h (dimanche)

Prix / jour : 25 Euros (30 Euros sur place) - Pass 2 jours : 40 Euros (45 Euros sur place) - Camping : 5 Euros

Billets disponibles :

Sur Ticketnet | Sur le réseau Fnac

Rens. / Réservations : 03 27 14 94 27

 

* Samedi 6 octobre 2007

Showcase – Hénin-Beaumont (Fr)

Magasin Cultura

14 h 00

Entrée gratuite

 

* Samedi 13 octobre 2007

Festival Poulpaphone - Equihen-Plage (Fr)

+Yolk +Sleepytime Gorilla Museum +Acoustic Ladyland

Ouverture des portes : 19 h 00

 

* Samedi 20 octobre 2007

MJC - Saint-André-lez-Lille (Fr)

+Holy Bubble +Amartia

23, rue Alsace Lorraine

Saint-André-lez-Lille

Ouverture des portes : 20 h 30

Prix : 9 Euros

 

 

Nous contacter pour toute proposition de dates : amphitryon.management@gmail.com -- 03 21 31 72 04 

  

Site :

www.amphitryon-music.com

 

MySpace :

www.myspace.com/sumphokeras

Partager cet article
Repost0
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 22:17

Pour ceux qui ne savent pas quoi faire le Samedi 9 juin, n'hésitez pas à vous rendre à Aulnoye Aimeries (à partir de 20h 30) où vous pourrez voir nos amis de Tusker Seed  (groupe prochainement présent dans nos pages et à supporter d'urgence) partager l'affiche avec Blastom et Hillpain.

Le prix de l'entrée ne s'élève qu'à 3 euros.

Allez-y nombreux!

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2006 1 18 /12 /décembre /2006 17:05

 

 

 

Superbe show, trop court malheureusement, mais qui a partiellement consolé les fans du groupe et du genre qui n'ont pu se rendre à la soirée du samedi... Le parterre de spectateurs, pas forcément acquis à la cause de la musique énervée, a semblé apprécier dans sa grande majorité!

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 17:40

20 / 21 / 22 octobre 2006, parc du Mont Soleil (Outreau / 62)   

Quelle joie de pouvoir bénéficier d'un tel festival aux alentours de Boulogne/mer... L'an dernier, pour sa première édition, le Poulpaphone avait déjà fait forte impression en nous proposant sur 3 jours un plateau hautement éclectique (Costa Gravos, le Klub des Loosers, Suprêmes Dindes, Somogo, Clever Cloud, Chili Con Funk, Deportivo, Rubin Steiner, Alma le vendredi et le dimanche; le concert du samedi était sous format "1ère partie/tête d'affiche": Karpatt + ... Mano Solo, pour la dernière date de sa tournée). En bref, le public avait été gâté... Cette seconde édition a de nouveau comblé tous les espoirs, en proposant cette fois-ci trois volets similaires, quoi que le gros nom du Poulpa 2006, Venus, s'est également produit le samedi soir, à l'issue d'une soirée un peu plus orientée vers un style précis (en l'ocurrence le rock). La soirée du samedi affichant complet au moins une semaine à l'avance, je n'ai moi-même pas pu y assister et ne peux donc vous parler que de Tang, qui avait gratifié de sa présence le Forum espace culture de Boulogne dans l'après-midi. Les lillois ont ainsi eu la possibilité de promouvoir leur second album de façon plus que convaincante, avec une énergie communicative et une rigueur impressionnante. Lot de consolation très appréciable pour les refoulés du samedi... Ceux qui n'ont pu voir Hellium, Randy's Ripcord, Jack the Ripper, Guerilla Poubelle, Fancy et, donc, Venus. Pour l'entrée en matière, c'est-à-dire la soirée du vendredi, les premières banderilles sont lancées par les locaux de L'Oreille Cassée, deux rappeurs très efficaces et complémentaires, au débit parfois effréné mais toujours très fluide. Sur la 2e scène, les Sims (de Lille) enchantent l'assistance déjà fournie par un électro rock groovy et inspiré (appuyé par un son massif). En ce qui concerne les rigolos de Karlit et Kabok, je n'ai vu que quelques secondes de leur set mais c'était très convaincant. Dommage qu'il faille ABSOLUMENT faire des choix (sans parler des pauses buvette...) Les bizarrométalleux de Tronckh ont, pour leur part, fait parler la poudre comme ils savent le faire, avec un alliage pattonien hautement déjanté et débordant de technicité. Espérons que le festival leur ait permis de toucher un nouveau public... Pas ou peu de Hocus Pocus pour moi, difficile de juger en quelques secondes mais encore une fois le tout avait l'air très bien fait. Il faut dire qu'une partie des festivaliers venaient de se prendre Duracell dans la tronche, un show incroyable, survolté: prenez un batteur complètement dément, ajoutez un logiciel relié à ses fûts et saupoudrez le tout d'une nostalgie pour la grande époque des tout premiers jeux vidéos, vous obtenez une démonstration passionnante, ultra-énergique, teintée d'humour et en osmose parfaite avec le public, marqué à jamais pour une bonne partie. Un grand moment! Il suffisait juste d'observer les mines émerveillées, les regards incrédules échangés lors des (rares) moments d'accalmie. Désireux d'échanger mes impressions avec d'autres au stand restauration, j'ai une nouvelle fois abrégé mon temps d'attention pour Gong Gong. Cependant j'ai quand même pu les observer sur plusieurs morceaux et le tout avait fort belle allure, visuellement original, musicalement très varié et surprenant. Beaucoup de monde ce soir-là attendait avec impatience les 4 DJs de Birdy Nam Nam, et ces derniers se sont vraiment retrouvé en terrain conquis. Faisant danser la foule avec des morceaux une nouvelle fois très divers (décidément le leitmotiv du Poulpaphone), les 4 fantastiques se sont adjoint les services de musiciens additionnels, ce qui ajoute au charme de l'ensemble. Ceci dit, devant un tel parterre de fans et avec une telle puissance de feu, on pourrait déplorer que Birdy Nam Nam n'enfonce pas le clou en poussant un peu plus le côté "hardcore" de sa musique pour embraser la piste, transformer le tout en une gigantesque jungle de gens bougeant dans tous les sens. Néanmoins la qualité de la musique ne s'en ressent pas, et le grand éclectisme affiché par le groupe est tout à son honneur. Indéniablement le festival avait démarré sur les chapeaux de roue...

Pour la 3e et dernière soirée du Poulpaphone 2006, ce sont, une fois n'est pas coutume, les autochtones de The Bells qui sont chargés d'ouvrir les débats. N'ayant toujours pas réussi à les voir sur scène pour cause de répétition et d'arrivée tardive à Outreau, je ne peux qu'exprimer mes plus vifs regrets en me rappelant néanmoins les très bonnes impressions ressenties lorsqu'il m'avait été donné d'entendre certains de leurs morceaux quand nous étions voisins de répèt' il y a de cela quelques mois. Nul doute qu'ils ont rallié du monde à leur cause, leur rock à la Strokes ou Franz Ferdinand étant taillé pour plaire largement. Pas de Bells pour moi donc, pas de Moriarty non plus, mais un peu de Arsène Lupunk Trio. Un peu car, passé le temps de la découverte (agréable), je me suis mis en quête d'amis pour tailler le bout de gras, parce que c'est aussi (qui a dit "surtout"?) ça, un festival. J'ai quand même eu l'occasion de regretter mon absence en entendant au loin ce qui m'avait tout l'air d'un bon vieux morceau des Bérus!! L'histoire m'a cependant donné raison: du repos, à manger et à boire, il était vital que je prenne des forces avant la magnifique prestation du M.A.P., le Ministère des Affaires Populaires. Réussissant avec brio à s'attacher l'affection des festivaliers massés dans le grand chapiteau, les deux brillants tchatcheurs du groupe nous ont délivré, à l'aide de musiciens aussi particuliers qu'indispensables (violon, accordéon, scratch/batterie) un set rafraîchissant, émouvant, drôle et engagé. Une formidable découverte, des chtis à revoir d'urgence! Pour succéder à une telle performance, il fallait des poids lourds, et on peut dire que Jim Murple Mémorial, Treize à Table et Sayag Jazz Machine (plus l'OVNI Marcello Pretto) n'étaient pas de trop pour maintenir un tel niveau et une telle communicativité... Pour les premiers cités, il est certain que je les aurais beaucoup plus apprécié en "format concert", car après l'énergie débordante de M.A.P., il m'a été difficile d'apprécier le côté cool de JMM. Treize à Table, par contre, a réussi à attirer mon attention avec, notamment, un excellent guitariste, apportant un véritable plus à cette formation à l'origine déjà très talentueuse qui parvient vite à faire bouger son audience tout en la surprenant. Finalement, la fatigue ayant progressivement eu raison de mes velléités de découverte les plus sincères, je n'ai apprécié que modérément le concert de Sayag, dont le côté très jazzy m'a, je dois l'avouer, et ce malgré mon éclectisme forcené, quelque peu rebuté. Quant à Marcello Pretto, aperçu (par d'autres que moi) plus tôt dans la soirée, il a apparemment ébloui son auditoire par une performance incroyable, que j'imagine assez représentative voire symbolique d'un festival prônant l'ouverture d'esprit et la découverte. Vivement la prochaine édition, on se demande quels extra-terrestres ils vont encore aller nous dégoter... Pour notre plus grand plaisir!

Partager cet article
Repost0