Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 22:59

                                              

Avant d'avoir eu l'occasion de découvrir le premier jet d'Elvin Road, j'ai eu le plaisir de rencontrer Antoine, l'instigateur de cet ambitieux projet, aux abords de sa ville natale de Calais, pour ce qui restera comme la première interview live de Yargla. Et franchement, il y a de quoi être fier et honoré d'un tel baptème du feu, car Elvin Road vaut vraiment le détour et risque fort de faire parler de lui... Voici donc le compte-rendu de cet entretien de 3h, construit non sans mal tant mon interlocuteur s'est montré prolixe, que dis-je, intarissable à propos de son bébé, et ce dans de multiples directions. Antoine, Mr Elvin Road, est originaire de notre cher Pas-de-Calais puis a passé une vingtaine d'années en Ardèche, trois à lyon avant de s'installer dans la capitale où il réside depuis sept ans maintenant. Publicitaire de profession, ce mélomane et cinéphile confirmé, à l'imagination encore plus voyageuse que lui, a bâti une impressionnante odyssée musicale, dont le but avoué est de satisfaire le besoin des humeurs de l'auditeur, ce qui explique une telle variété stylistique et un résultat si proche de la bande originale de film. Rapidement, la discussion se fixe -si tant est qu'elle se soit réellement fixée sur un sujet à un moment ou à un autre- sur les influences d'Antoine.

 

Passage quasi-obligé pour les amateurs d'expérimentation et d'éclectisme forcené, Mr Bungle se retrouve immédiatement au centre des débats, et Antoine m'explique à quel point il a été marqué par ce groupe en général et par California en particulier. Selon lui, Elvin Road est brutal et onirique, comme l'univers de deux de ses principales égéries, Mr Bungle et David Lynch. Son projet, dont les aspects musicaux et cinématographiques s'avèrent indissociables, peut même être qualifié, de manière plus globale, du croisement -excitant sur le papier!- entre la monstrueuse progéniture de Mike Patton, dont nous vous rabattons les oreilles depuis le début (de l'interview mais aussi du zine), et une bande originale de film. Au fur et à mesure, Antoine cite également, outre les autres projets du leader légendaire de Faith no More (Peeping Tom notamment), les noms de Depeche Mode, Brian Eno, George Delerue, mais aussi d'autres monstres sacrés tels King Crimson, Dream Theater, Pink Floyd et Deep Purple, ou encore le fantastique tryptique At The Drive-In/Mars Volta/Sparta; n'oublions pas une dernière référence bien involontaire, celle qu'il a régulièrement entendue parmi les opinions reçues, mais qui n'a pas l'air de l'enchanter: Eric Serra. Toujours est-il que ce flot d'influences fait indubitablement rêver et que le résultat, comme j'ai pu déjà vous le dire à travers ma chronique, fait vraiment honneur à cette galerie de stars. Dernière chose à propos des diverses inspirations du géniteur d'Elvin Road: le côté années 50, que celui-ci affectionne (aussi!) particulièrement, a été retranscrit sur certains morceaux à l'aide d'une Stratocaster. Rien n'a été laissé au hasard et ce n'est pas la location ponctuelle d'un Mesa Boogie pour les parties métalliques qui viendra prouver le contraire! Pour rester sur le sujet de l'enregistrement du skeud, Antoine nous apprend également lors de cette sympathique entrevue qu'il avait repérée Léna, la demoiselle qui assure les superbes vocaux sur "Prophecy", à l'occasion d'un concert au cours duquel elle s'exprimait dans un registre beaucoup plus martial; lui l'a alors imaginée dans une perspective tout à fait différente, et l'expérience s'est avérée tout à fait concluante... Mr Elvin Road m'explique ensuite qu'ayant eu un prof de guitare lui laissant beaucoup de place pour l'improvisation, il a développé une oreille musicale affûtée, ce qui lui a permis de fonctionner très instinctivement pendant son expérience studio. Il est ainsi resté très cadré au niveau des structures mais tout en laissant, d'un autre côté, de la place aux "intervenants" (car Antoine reste le seul maître à bord) pour l'impro. Bref, il a, semble-t-il, réussi à se faire plaisir tout en maintenant une ligne directrice rigoureuse et disciplinée. Assailli (de plein gré rassurez-vous) par le flot de détails de mon interlocuteur d'un jour, j'ai parfois omis certains passages au sein de mes notes, pourtant déjà bien abondantes (je ne suis pas encore sur-équipé pour ce genre d'exercices, il va falloir que j'investisse!). C'est le cas pour les détails quant à l'identité des musiciens ayant participé au projet et leur rôle précis; sachez seulement qu'Antoine n'a, là non plus, rien négligé, et qu'il s'est attaché les services d'excellents zikos, qui comptent parmi ses amis d'ailleurs [Antoine m'a éclairé depuis: pêle-mêle, les personnes concernées par cette collaboration font partie des groupes Jabberwock, Venitia et Pilot]. De toute façon, une écoute avertie -ou même distraite- d'Intersections suffit à constater par soi-même le niveau affiché, ainsi que le remarquable maturité artistique... Pour ce qui est de cette écoute, justement, Antoine m'explique qu'elle prend toute son envergure avec un casque, ce qui se comprend puisque l'ensemble se veut très cinématique et donc fourmillant de détails. Au niveau de la structure des morceaux, le contraste planant/rentre-dedans se dégage ouvertement, ainsi que celui entre les parties enjouées et celles plus sombres. Pas de doute possible, on se situe bel et bien dans une évocation plus vraie que nature des sentiments qui étreignent chacun d'entre nous au quotidien, la musique fait parfaitement ressentir cette sempiternelle alternance d'humeurs qui rend nos vies imprévisibles mais passionnantes. Le tout se déroule sans parole, respectant l'un des fils conducteurs de ce récit onirique: l'instinct! Les trois grandes lignes de cette oeuvre perfectionniste -un terme adéquat pour l'instigateur du projet comme pour ceux qui y ont participé- sont personnifiées par les trois premières plages: "Core" annonce le côté pêchu et rentre-dedans, "Parisian Refinery" les parties orchestrales et "Nightdrive" les directions plus électro. En ce qui concerne les détails plus pointus, on apprend par exemple que le batteur a, à un moment, joué un tempo bancal (pour les initiés: tempo 115 en alternant 112/118/112/118), boîteux en apparence, afin d'évoquer la démarche d'un zombie. Quand on vous dit que rien n'a été laissé au hasard...

                                              

 

Quant à la fin de l'album, elle est délibérément ouverte; en fidèle de David Lynch, Antoine a décidé que l'interprétation devait rester libre -aïe aïe aïe, rien que d'écrire cela, j'ai mes douleurs au crâne qui me reprennent en pensant à la fin de Mulholland Drive. L'objet lui-même est également très énigmatique, un gros soin sur l'esthétisme a été apporté, revendiquant cette fois-ci l'influence de Michael Mann. A cet égard, la cover, dont la typographie, très typée, est la même que celle utilisée pour les affiches de films aux Etats-Unis, mêle côté mystérieux et aspect old school dans le but avoué d'engendrer la curiosité. Et comment cet "Intersections" a-t-il été reçu, au fait? Eh bien, à l'instar de ce que nous venons de dire, c'est des USA que lui viennent les meilleurs échos. Ce qui est apparemment apprécié, c'est cette dualité élégance/mauvais garçon, et le fait de voir un français débarquer avec ce truc si... Américain. Je me rappelle avoir entendu parler du Japon également... Autre aspect intéressant: la différence de perception chez les garçons et les filles, qui n'ont pas forcément les mêmes préférences pour ce qui concerne les morceaux eux-mêmes. La gent féminine est, selon Antoine, plus touchée par la sensualité, la douceur, l'aspect progressif et émotionnel des plages, tandis que la gent masculine affectionne les références, les aspects cinématique, cérébral mais aussi parodique (de par les grosses ruptures au sein de certains morceaux). Enfin, nous avons parlé des projets d'Antoine et de l'avenir d'Elvin Road: le prochain album est attendu d'ici peu (entre 30 et 40 pistes ont déjà vu le jour, et parmi elles 5 ou 6 devraient trouver leur place sur le produit final) et quelques textes devraient faire leur apparition; en termes de promotion, une distribution mondiale est en prévision via les sites de téléchargement, avec une recherche de labels en parallèle, labels qui devraient, s'il existe une logique (?) dans le monde du business artistique, se battre pour signer Elvin Road. En attendant de trouver Intersections dans toutes les bonnes boulangeries, pour être celle ou celui qui fera découvrir ce bijou aux potes, n'hésitez pas à vous procurer cette passionnante musique par des moyens numériques (légaux bien sûr héhéhé). Et pour agrémenter votre trouvaille, vous pourrez épater vos amis en arguant que vous avez chopé "le chef-d'oeuvre musico-cinématographique d'un jeune artiste publicitaire dont le maître de stage dans ce dernier domaine a quand même co-écrit les paroles du Soldat Rose non mais!!!"
Oui je sais c'est long, mais ça le fait quand même...

 

www.myspace.com/elvinroad  

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 23:19

 

Salut Remzy! Peux-tu nous présenter Obszon Geschöpf en quelques lignes depuis sa création?

OG a eté créé entre 96/97 mais ça a vraiment pris forme en 99/2000. Je suis le seul membre d'OG. C'est en fréquentant regulièrement les soirées electro-EBM que je me suis dit qu'il fallait que je m'investisse encore plus dans cette scène en créant un projet musical.

De quoi traitent tes textes? D'ou tires-tu ton inspiration tant musicale que textuelle?

Essentiellement des films d'horreurs-gores etc... et surtout des serial killers.

 

Tu sembles très porté sur l'utilisation de samples de films! Es-tu un fervent cinéphile? De quels genres de film te nourris-tu?

 

Comme je le disais dans la question précédente, je suis un gros fan de films d'horreur en general. J'aime principalement l'ambiance des films d'horreur Italien dans le genre de Dario Argento ou Lucio Fulci mais également une grosse partie des films realisés entre 1960 et fin année 80:

Les premiers "Vendredi13", "Hellraiser", "Phantasm", "Freddy", "Halloween", etc...

Raconte-nous comment se passe un concert d'O.G. ... Ayant eu la chance de vous voir récemment, j'en ai gardé un bien bon souvenir! Vous aimez "pousser les limites"! Quelles réactions émanent d'un public censé prôner la liberté sexuelle? ;)

 

Pour un concert d'OG il n'y a qu'un seul mot d'ordre: DESTRUCTION!!!
Je pense qu'il est vraiment débile de faire un concert (surtout dans ce type de zic ) et de rester immobile devant son pied de micro. A partir du moment où il y a des gens qui sont venus et paient pour te voir en live tu dois te donner à fond pour eux sinon tu restes chez toi.
Pour ce qui est de la réaction du public "goth-électro-indus", c'est tres varié. Il y en a même qui disent qu'on est trop vulgaires et après tu retrouve ces mêmes personnes en string en soirée (mecs et meufs confondus) en train de se la pèter SM et de jouer les salopes sur les dancefloor :-). 

As-tu d'autres activités en dehors d'O.G.? Est-ce ton seul projet musical ?


Oui, pour le moment je me concentre essentiellement à OG.

 

Qui a volé l'orange de Guy Marchand?

 

Nestor burma ou son frere alain Juppé.


A travers ta musique, nous pouvons ressentir une atmosphère semblable à certains groupes Métal! De quels groupes t'es-tu nourri et "consommes"-tu toujours ce style? Ecoutes-tu des choses hors Métal/Electro?

 

Oui, avant d'ecouter de l'EBM, j'ecoutais énormément de métal, des trucs du genre Pantera, Slayer, Sepultura, Cannibal corpse, Morbid Angel, Obituary, Napalm Death, Death, des trucs plus underground comme Kataklysm, Cyborg, Killing Culture, Altar, Brutality, Gorefest, Infernal Torment, du grindcore et du black métal aussi. Bien sûr, j'écoute encore du métal mais je suis surtout un gros fan de metal-indus. Mis a part du métal, de l'électro et tout ce qui entoure le milieu underground ou Dark, non je n'écoute rien d'autre.


Quel regard portes-tu sur la scène Electro et Métal dans ta région? En France? Dans le monde?

Bon c'est simple en france il n'y a rien à part du rap, r'n b ou de la variété. Dans la région j'en parle meme pas :-) Pour ce qui est du métal dans le monde, je sais pas trop car je suis surtout dans milieu EBM/metal-indus. Je pense que le metal marchera toujours mieux que l'electro-indus. Un grand groupe d'électro va vendre quelques milliers d'exemplaires alors qu'un grand groupe de métal depassera le million d'albums vendus.

 

Quels projets à venir pour O.G.?

 

Je viens tout juste de signer avec un label Italien "Subsound records". J'ai passé deux semaines a Rome afin d'y enregistrer mon 4eme album qui s'intitule "Erection body mutilated". Tous ce que je peux te dire, c'est qu'il est tres barré Indus-Métal. Sinon je vais peut être faire une tournée aux USA en Avril 2007.

 

Selon toi que représente l'originalité d'un groupe?

 

D'avoir son propre son et d'être sincère, tout simplement.

 

Merci pour cette interview Remzy, il est temps maintenant de te laisser le(s) mot(s) de la fin!

Putain, tu sais toujours pas écrire mon prénom après tout ce temps, enculé :-)))

Partager cet article
Repost0
25 août 2006 5 25 /08 /août /2006 20:23

 

Pour cette première interview au sein de YARGLA et à l'occasion de l'imminente sortie de leur 1ère démo, j'ai l'honneur de vous présenter SMOHALLA, groupe français nous proposant un Black/Death à la fois original et technique, qui devrait bientôt réussir à se forger une place plus qu'honorable dans le milieu. Voici donc quelques questions posées à Slo (Chant, Batterie, Guitare), membre fondateur du groupe pour une présentation beaucoup plus approfondie de SMOHALLA.

 

Salut Slo! En quelques mots, pourrais tu nous présenter SMOHALLA?

 

Et bien il n'y a pas grand-chose à dire, seules les phases de compositions comptent, mais je dirais juste qu' A.L (ambiances) et moi sommes des amis de longue date et que nous avons decouvert la musique ensemble. Pourtant nous avons deux styles assez eloignés, lui plus froid et répétitif, alors que j'aime surtout l'expression de la rage quand elle est non controlée, chaotique et variée. Mais nous avons toujours plus ou moins tourné autour des meme sphères musicales, recherché les memes ambiances bizarres... Camille lui a de suite été d'accord pour faire la basse avec nous, étant tout comme nous un gros fan de toute cette scène post black (ved buens ende, dodheimsgard, virus, organ...) Le fait qu'il joue sur une fretless renforce le coté bizarre de Smohalla, et je suis fier du travail qu'il a accompli sur la demo et des idées qu'il a apporté pour améliorer les choses. Nous sommes actuellement en train de finir notre première démo "Smolensk Combustion" qui sera disponible d'ici septembre, et j'invite ceux qui veulent en savoir plus à se rendre sur notre page myspace: www.myspace.com/smohalla  

                                                                                                

Que signifie ce nom?

 

Smohalla était à la base un indien Sokuks au milieu du XIXème siècle. D'abord guerrier, il atteint petit a petit le status d'homme-medecine, avant d'etre laissé pour mort après un combat contre un chef rival. A partir de là il va errer jusqu'au Mexique, et on ne sait pas bien ce qui se passe pendant cette longue periode, mais à son retour, il developpe des idées qui le firent passer pour un véritable prophète. Il préconisait à ses gens de se laisser guider par le Grand Esprit, qui communiquerait par l'intermediaire de ses reves et de ses transes. Il ne s'agissait pas d'un gourou menteur et profiteur, ses rêves révélés ne guidaient jamais a son profit, il pronait surtout un retour à un mode de vie archaique et primaire, sans chasse, sans agriculture ni quoique ce soit qui pourrait "abîmer la terre". C'est pourquoi beaucoup l'ont perçu
comme un indien drogué et fainéant de plus, devenu paresseux pour lui et pour les siens.. Mais en réalité son message allait bien plus loin qu'un simple respect de la nature, ces idées restent la partie la plus "futile" de sa religion, et on les retrouve de toute façon dans d'autres tribus indiennes même si c'est chez les nez percés (sa tribu) qu'elles étaient les plus "extremes". En fait il voulait surtout magnifier le pouvoir de l'inconscient et de l'esprit présent chez les siens, developper leur rêve, aller chercher toujours plus loin un accomplissement et une quiétude spirituelle. Qu'il faille puiser dans son repos, ou à l'aide de drogues dans des transes, le but était de se révéler en tant qu'entité spirituelle tout en s'accordant avec ses racines, c'est à dire mère la terre et donc la nature. Une dualité qui mélange donc paganisme et onirisme, sans croyance envers des Dieux inutiles. Des idées que je trouve tout à fait passionantes et qui je pense se retrouvent dans l'atmosphère de nos morceaux.. Juste devait resider l'individu et son esprit, qui venait de la terre et qui y retournerait, puis le Grand Esprit fédérateur de toutes vies et créateur de la conscience humaine. Je me suis toujours demandé si un prophète comme Jesus avait eu ce genre de pensées pour construire le christianisme, notre monde aurait été completement différent et je pense beaucoup plus épanouissant et intelligent.. Je pense qu'il est encore judicieux de reflechir au message que peuvent avoir ce type de penseurs, parceque la vrai recherche à effectuer pour avancer n'est pas tant dans notre univers physique mais dans ce que certain peuvent appeler esprit, inconscient, dans nos rêves ou encore dans l'art que nous produisons. C'est toute cette symbolique de la predominence du spirituel sur le materiel qui m'a fait choisir ce nom, surtout qu'on traduirait ce mot par "le prêcheur" en indien, et je trouve que cela nous convient aussi parceque nous ne somes pas un groupe de black de plus, nous apportons une vision et des idées nouvelles.

 

D'ou t'es venue l'idée de créer ce projet? De quoi t'inspires tu pour composer?

 

J'ai tout simplement voulu exprimer mon style tout en créant une entité musicale inédite. Tu sais, le plus motivant dans la musique est je trouve cette soif de decouverte, cette envie de donner vie a quelquechose de beau et puissant. On a d'abord envie de decouvrir quelquechose, ou plutot de créer un monde musicale neuf; et c'est petit à petit que ton style s'affirme et que tes idées s'elargissent. Tu t'apperçois après que tes instruments ne sont que des outils de ton cerveau, et tout ce que tu créé, au delà de tes influences, est une véritable extension de toi. Par contre je ne pense pas que tous les "musiciens" pensent et travaillent comme ça: beaucoup se contentent de singer leurs ainés, des faire des riffs "dans le style de" en changeant les note ou la vitesse.. Mais on se rend vite compte de qui créé et qui plagie! Quoiqu'il en soit, sur le coup, tout ça reste de toute façon inconscient. Tu ressens juste le besoin de prendre ta gratte ou ta batterie et de créer quelquechose, et tu ne t'arrete qu'au moment ou tu ressens ce sentiment de travail accompli et nouveau. Pour ce qui est de mes sources d'inspirations, elles sont très larges, je dirai que musicalement des groupes comme Enlaved, Emperor, et Abigor restent une sorte de base, auquelle viennent s'ajouter des formations comme Ved Buens Ende. On est tous de gros fan de ce groupe dans Smohalla et je pense que meme si notre
musique ne leur ressemble que partielement, cela se ressent dans certaines ambiances developpées. On attend d'ailleurs beaucoup de leur reformation et de leur futur enregistrementd ! Mais je m'inspire aussi beaucoup de groupe non metal comme Pink Floyd ou King Crimson, ou encore des formations plus modernes comme Neurosis. En general je dirai que tout ce qui est "bizarre" et plaisant peut m'influencer, et même en dehors de la musique: certains films ou certains reves peuvent developper des ambiances que j'aurai envie de reproduire et d'adapter dans ma musique. Des films comme Gummo, Lost Highway ou encore Nosferatu de Murneau ont une identité et une aura vraiment singulière. Voilà tout ce que j'attend d'une oeuvre!

 

  

Ta musique est plutôt originale! Comment t'y prends tu pour composer un morceau? D'ou puises tu tant d'idées? Quelles sont tes influences musicales?

 

Et bien mes idées viennent instinctivement, quand je suis dans un certain état. Il suffit de s'assoire et de se laisser aller, de ne plus reflechir a autre chose que ce
qui sort de ton instrument.. J'aime mettre beaucoup de plans différents dans mes morceaux parceque je m'ennuirai en les réécoutant, et j'ai toujours aimé les choses complexes et riches. Mais j'aime aussi les atmosphères lentes, répétitves et lancinantes.. Pour ce qui est de la "methode de travail" elle peut varier selon les morceaux, mais en général pour cette premiere demo j'improvisais la batterie en premier, qui est un instrument trop sous exploitée dans le style, pour ensuite venir greffer mes parties de guitares. Le fait de commencer par la batterie et de tout improviser a permis de donner une vraie energie au compo, et de creer de vraix effets de surprises suivant les transitions et changements au sein d'un morceau. J'aime ce qui n'est pas reflechie, ce qui est direct et instinctif, tout autant que les choses plus profondes et étudiées..
Pour les influences musicales, elle sont tres vastes comme je t'ai dis plus haut, de Voivod à Raison d' Etre en passant par Twelve Hour Turn.. Il est vital pour moi d'écouter des styles différents, et de decouvrir constament de nouveaux groupes.

 

                                                         

La scène métal est-elle bien active dans ton coin? As-tu des groupes à nous faire connaître?

Hum je ne dirai pas que la scene metal est active dans le var, ou meme en provence en général. Disons que certaines personnes se bougent le cul pour organiser des shows ou monter des structures, mais le public n' est pas toujours au rendez-vous, ou alors mal informé. Quoiqu'il en soit la situation est quand meme bien meilleur qu'il y'a quelques années, et qu'il s'agisse de metal ou de hardcore on a toujours l'occasion de voir de bons groupes si on est pret a bouger un peu. Par contre au niveau des formations originaires de mon coin, je n'en connais que très peu d'interessantes ! Il y'a toute cette scene de black metal toulonnaise qui a bonne reputation mais je ne m'y retrouve pas vraiment. Par contre les Bokanovsky qui sont des amis proposent un bon post hxc bien mené et puissant sur scène, et mon ex groupe the Third Memory basé sur Marseille est devenue une excellente formation d'emoviolence depuis que je les ai quittés haha! Il y'a aussi des groupe comme the Dawn ou Sonny Red dans le coin qui proposent une bonne musique, et quelques autres que je dois oublier.. Sur Toulon même, j'attend aussi avec impatience que Paramnesia sorte quelquechose ou fasse des shows, j'ai écouté quelques enregistrements de repet et leur style s'avère très prometteur.. Ah et Letharsis doit bientôt sortir son premier album, qui devrait bien envoyer dans un style death/thrash bien puissant. Quoiqu'il en soit, comme a peu pres partout ailleurs, la scene est surtout composée de gamins qui font de la musique de merde pour s'amuser apres les cours entre potes, sans la moindre part de créativité ou de style.. Mais il faut bien commencer par quelque chose héhé..

  

Toi, le Dan Swanö du Var, Smohalla est-il devenu ton unique projet ou possédes-tu encore d'autres groupes à côté?

 

Héhé, je pense que je n'arriverai jamais a me tenir à un seul projet, mais il est clair que Smohalla est devenue ma priorité. J'ai effectivement d'autre projets à coté, comme Callahan ou Slore que je n'arriverai pas a classer musicalement ici, mais le mieu pour se faire une idée et d'écouter:

 

http://www.myspace.com/sl0re et http://www.myspace.com/callahan83

 

J'ai encore une ribambelle de projets dans des styles différents comme the Overider, Book of Dzyan, Dedalus ou Kvar, et un groupe qui debute ou je suis a la batterie,
pour une sorte de noise/post hxc qui n'en est qu'a ses debuts pour l'instant.
D'ailleurs Camille et A.l ont aussi des projets à côté de Smohalla: le premier vient juste de finir l'enregistrement de la demo d' Howlin Poetry qui s'anonce comme une véritable boucherie.. Si vous aimez des groupes comme Aclys, Bloodlet ou Napalm Death, je pense que vous saurez vous retrouver dans leur style, qui allie la puissance et la brutalité du death avec des éléments noise et hxc assez ravageurs! Camille joue aussi dans Tetchiot Krov, quand à A.l il bosse avec les gars d' Amanite et compose des plage ambiant/indus/electro pour un futur projet solo.

 

Quelle bonne formule doit utiliser un groupe quel qu'il soit pour attirer ton attention?

 

Hum il n'y'a pas de formule précise pour qu'un groupe me plaise, j'aime autant écouter le premier Golden Dawn pour son côté ésoterique ou des albums ultra torturés comme le premier Love lost but not Forgotten. Par ailleurs je suis assez fan de musique planante et experimentale, je suis par exemple en ce moment en pleine periode Amon Duul II qui est un groupe vraiment enorme, et j'ai recement découvert Acid Mother Temple qui propose une musique assez interessante ! Donc il n'y'a pas vraiment de secret ni de regles pour me plaire, je laisse mon oreille me guider! Mais disons qu'un groupe original aura toujours ma préférence par rapport a un groupe plus classique. Mieux vaut écouter un groupe excellent avec un son de merde qu'un groupe de merde avec un son excellent.  

 

As tu d'autres violons d'Ingres? Pour quel film aurais-tu aimé composer la musique?

 

Oh j'aimerais beaucoup composer la B.O d'un film de Terry Gilliam, de Lynch ou d'Harmony Korin.. D' ailleurs il m' est déjà arrivé de faire des B.O pour des réalisations audiovisuelles: un court metrage et des documentaires, et j'aime beaucoup ça, illustrer des images tout en leur apportant une autre dimension.. J'envisage d'ailleurs de monter une boite de creation sonore pour des réalisations multimedia/audiovisuelles. Sinon la musique reste ma principale préoccupation, et la seule qui me comble vraiment. Le fait de jouer de plusieurs instruments me permet de ne pas me lasser et de me concentrer sur l'essentiel: la composition.

                                                                            

Rouflaquettes ou Fraîchement rasé??? ;)

 

Je ne sais pas si je peux repondre a cette question, de peur qu'un membre de la CIA passe dans le coin et puisse lire ma reponse. Quoi qu'il en soit sache pour ta gouverne qu'il est temps de remplir la porte secrete a travers le miroir de la deception quand le lustre eteint vibrera au son de la moustache d'or.

 

Voir Smohalla en live; est ce une chose faisable? En as-tu le projet?

 

L'idée m'interesse parce que j'adore faire des concerts mais pour l'instant les choses ne sont absolument pas envisageables ! Déjà pour trouver un line-up complet  et compétant sur Toulon qui me permettrait de faire uniquement la gratte et le chant. Ensuite, Camille habite Rouen, A.l est sur Aix et j'habite à Toulon, donc il serait un peu compliqué pour Camille de descendre dans le Sud Est pour chaque repet... De toute façon l'objectif premier du groupe reste la création, la decouverte et l'experimentation, et nous allons nous efforcer de continuer avec ces objectifs comme priorité pour enregistrer de bons morceaux. Pour ce qui est du live nous verrons, peut etre un jour..

 

Quels sont les groupes qui t'ont récemment marqué?

 

Tusk, Juvenile Baroque Slaughterhouse, Throne of Galaktus, Naalor sont des groupes excellents, dans des genres assez différents, que vous pouvez decouvrir sur myspace. J'ai aussi flashé sur deux albums de Velvet Cacoon, le split Anubis Rising avec Uphill Battle qui a été une grosse claque pour moi, et j'ai vraiment adoré la discographie de Secret Chiefs 3: un groupe vraiment à part que je recommande à tout le monde.. Il y'a aussi Hella, un duo guitare/batterie assez enorme et complexe, qui m'a coupé le souffle, ou encore Troum qui propose une sorte d'ambiant minimaliste et ultra planant. Je passe beaucoup de temps a decouvrir de nouveaux groupes donc je pourrai encore t'en citer un paquet mais dans l'ensemble voilà les formations qui ont recement retenu mon attention.

 

 

Quels projets pour SMOHALLA?

 

Et bien il me reste à finir quelques details pour achever enfin cette premiere demo qui va comporter 8 titres, ensuite on enverra "Smolensk Combustion" au mastering, et il ne restera plus qu'a s'occuper de la pochette. Je te passe les details sur l'aspect promo qui s'en suivra ensuite, on va envoyer notre demo a differents labels/webzine pour voir si des personnes compétantes peuvent et veulent nous faire avancer. On a déjà reçu quelques propositions de distribution mais pour l'instant soit l'affaire est presque conclue et il va falloir attendre pour concretiser ça, soit les propositions n'etaient pas vraiment serieuses ou adaptées. Donc nous allons surement bosser avec IndustrialJunkyBrain et une futur sub-division d' Audiosavant meme si pour l'instant tout ça reste incertain, et uniquement dans le domaine de la distribution. On recherche donc un label motivé et des avis exterieurs pour avancer.. D'ailleurs toute personne qui serait interessée pour chroniquer notre demo, pour une interview ou pour nous distribuer peut me contacter ici: nihilprod@hotmail.com  

 

Cette interview maintenant terminée, il ne me reste qu'à te laisser le droit au mot de la fin ;)

D'abord merci a toi pour l'interview, et j'aimerai que les gens qui lisent ces lignes se rendent compte (si c'est pas déjà fait..) que l'ouverture d'esprit est la meilleur solution pour bien apprehender un art. On ne peut pas tout aimer, mais on ne peut pas n'aimer qu'un style! Alors continuez de decouvrir plein de groupes, et soutenez ceux qui vous plaisent! Je laisse l'adresse de notre site pour ceux qui voudraient télécharger nos songs, a bientot !

 

http://www.smohalla.fr.nf

 

slo  

Partager cet article
Repost0