Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 23:11

 

1. Salut les Face Down! Tout d'abord, la politesse: comment allez-vous en ce moment?

 

Bah écoute on sera au top quand on aura trouvé notre nouveau chanteur! ;)

Warren à quitté le navire en juin dernier donc pour l’instant on se concentre pas mal là-dessus!

 

2. Pour échapper à la sempiternelle question touchant à la naissance du groupe, on va tricher un peu...
Les "all-star bands" fleurissent dans le métal à l'heure actuelle... Rien qu'en cherchant dans vos influences, on trouve évidemment Down. Faites-vous partie de ce type de groupe rassemblant des zikos confirmés et expérimentés ou Face Down est-il votre premier projet sérieux?

 

En fait le groupe est composé de différents profils de gars. Certains comme J.A. ont une grosse expérience (il a eu plus de groupes qu'il y a de doigts sur mes mains) et d’autres comme Logan et Alban sont sur leur premier projet sérieux.

 

3. Pour ce qui concerne vos influences, nous avons déjà évoqué Down, on peut ajouter Pantera, mais quels sont les autres groupes ou courants musicaux qui vous inspirent? Les groupes estampillés "New Orleans" (dont certains membres se retrouvent d'ailleurs dans Down) ? Black Label Society? Lamb of God? Jean-Pierre Mader?

 

(Cédric) Personnellement j’ai toujours été influencé par des groupes de rock dans la façon de composer, comme Led Zep, Deep Purple ou les Guns.

Les autres gars sont bien plus énervés que moi: Alban et son gros hardcore qui tâche, J.A est un vrai trasheux (même heavy metalleux) et notre batteur aime jouer de la percussion nu dans les bois en libérant ses chakras.

 

4. En quoi souhaitez-vous vous démarquer de ces éminents aînés? Et à quelles lignes de conduite ne voulez-vous pas, par contre, déroger?

 

Ca c’est une bonne question qui fait bien chier! (rires)

Je pense qu’on se démarquera à l’avenir en mariant justement les styles. A savoir retrouver dans une même compo de belles harmonisations et juste après un riff bien gras qui tâche. Passer par l’acoustique bien bluesy au gros shuffle thrash. On explore justement ces pistes sur les nouvelles compos. C’est sûr que c'est pas évident de trouver sa voie quand tu veux faire appel à des références qui te parlent, parce qu'il y a des codes musicaux qui font les styles qu’on aime (ou qu’on déteste). Bref on n’est pas tous des Devin Townsend ;)

 

5. Vous avez mis les petits plats dans les grands pour votre premier cd! La production est plutôt surpuissante pour une première carte de visite...
   Quelle importance cet aspect revêtait-il à vos yeux? Pourquoi?

 

C’était une manière de se mettre la pression et de mettre la barre haut dès le début. Ce projet me tenait à cœur depuis des années et avec les gars qui font partie de ce groupe je savais que ça valait la peine d’y mettre des ronds (parce que ouais faut y croire pour y mettre autant d’argent !) Et personne le regrette aujourd’hui, ça donne même la gnaque pour la suite !

Après des gens te diront que c’est stupide de faire ça en grand pour un premier jet mais je pense au contraire que c’est un bon moyen de se tester et surtout tu sais pas de quoi la vie est faite donc fais au mieux dès que tu peux !

 

6. Etes-vous un rassemblement de stakhanovistes qui rêvent d'une seule chose, arpenter les routes encore et encore pour jouer le plus possible?
   Ou est-ce que vous préférez sélectionner vos apparitions selon différents critères (lieu, style d'affiche, conditions, distance...)
   Je crois déjà savoir que jouer sur Paris (votre fief) n'est pas chose aisée...

 

Honnêtement on n’a jamais trop cherché de dates et c’est tombé un peu comme ça venait.

Du coup ça s’est surtout fait dans la région parisienne et 78 jusqu'à présent à part quelques fois dans le nord (merci Fred des Wild Karnivor). Mais c’est vrai qu’à l’avenir ça serait bien d’avoir quelqu’un qui se charge sérieusement des dates pour bouger un peu avec des bonnes affiches. Surtout qu’il y de bons groupes dans le sud comme Drawers, Oil Carter ou God Dam (ouais par rapport à Paris, Lyon c’est le sud), ça serait donc sympa de bouger là-bas.

 

7. Sur le plan scénique, quels sont vos objectifs à court et moyen termes? En cette période de festivals, la question s'impose d'elle-même: quand aurons-nous la chance de voir Face Down dans une manifestation telle que le Hellfest, à l'image d'un Svart Crown qui devient incontournable par l'expérience acquise on the road et la qualité de sa musique...

 

Ca rejoint un peu ce qui est écrit plus haut. On est plutôt à chier pour la recherche de dates donc si on veut taper du fest sérieux va falloir qu’on s’entoure d’une personne dédiée à cette tâche. Et tu as tout-à-fait raison sur l’expérience acquise sur scène, c’est là que tout se passe. C’est sur scène que tu testes tes compos, leur impact sur le public, la façon dont le groupe transmet l’énergie. Et puis slammer en répète… C’est pas possible !

 

8. Comment composez-vous? Le processus est-il individuel ou collectif?

 

On compose surtout à distance dans un premier temps. On bosse beaucoup chez nous et la répète sert d’assemblage et de test. La composition à distance se fait surtout pour les riffs parce que le batteur doit jouer pour proposer des idées. Ca permet de gagner du temps. Autant il peut y avoir un morceau fait entièrement par un seul gars, autant ça peut être plein d’idées collectives qui font le morceau. Y’a pas vraiment de règle établie, juste un fonctionnement « pratique ».

 

9. Poursuivons sur vos compositions... Un premier album est-il dans la ligne de mire pour la rentrée, pour Noël ou même pour Pâques (avec un Kinder contenant une petite fiole de bourbon en guise de bonus pour l'édition limitée)? Dans cette optique, avez-vous des contacts avec des labels?

 

On pense sortir un album l’année prochaine. On ne connaît pas vraiment la date mais l’été prochain ce serait pas mal. On n’a pas vraiment fait de plan pour les labels. Notre batteur à pris contact avec un distributeur qui est ok donc manque plus que le label pour nous représenter. Là encore on est plutôt à chier quand il s’agit d’autre chose que de jouer. (rires)

Enfin bon on attend surtout le premier "album album" pour entamer les démarches parce qu’au stade de la démo y’avais pas vraiment d’intérêt à le faire.

Mais on pense à Blue Wave prod, qui a fait du bon boulot pour la promo du skeud, pour nous aider à démarcher des labels. Hein Jérémy ?!

 

10. Estimez-vous que vous faites partie d'une scène particulière au sein du métal hexagonal, sludge/southern/stoner (j'en passe et des plus enfumés), scène représentée en partie aux éditions successives du Glad Stone Fest sur vos terres? Vous sentez-vous proches de ces autres formations? Existent-ils des rapprochements voire des collectifs comme Coriace, Antistatic ou Sriracha...?

 

On est très content de partager la scène avec les groupes du Glad Stone Fest comme Alchosonic ou Coffin on Tyres, après, contrairement à ces groupes (et à mon autre groupe Flesh and Dust), on tire plus vers le thrash que vers le pur stoner, donc je ne sais pas si on fait partie de la même « scène » mais on s’en contrefout ! On aime tous les mêmes groupes de référence et l’esprit rock’n roll et c’est là que tout le monde se rejoint.  Pour ce qui est des collectifs je ne suis pas vraiment au courant. C’est une idée à creuser pour la suite en tout cas.

 

11. Quels groupes français vous ont récemment scotchés? Que ce soit dans votre secteur "groovy pachidermic metal" ou dans d'autres chapelles?
    Vous connaissez certainement l'affiche du Hellfest alors je m'en remets à votre jugement expert: qui ne fallait-il absolument pas rater à Clisson?

 

Pour ce qui est français j’ai pris une bonne claque avec Drawers. J’aimerais bien voir ces mecs en live. Hein les gars ?!

Au Hellfest il ne fallait pas rater Clutch, Church of Misery, Hawkwind (j’ai touché la lune du bout des doigts) ou Municipal Waste (ça c’est du sport). The Haunted dans sous le chapiteau du camping à été une bonne claque aussi (à cause de leur retard pour jouer sur une mainstage) [J'en sais quelque chose, perso j'ai pris une telle claque que mes lunettes ont volé en éclats, NDSD]. Les Melvins c’était aussi quelque chose, dingue !

 

12. Et plus précisément, quelle a été LA gifle prise sur les terres nantaises? Si je devais me risquer à un petit pronostic, je mettrais une piécette sur un groupe de Relapse...

 

J’ai justement été scotché par un groupe découvert au Hellfest cette année et à 10H30 du matin c’était pas gagné ! Ce groupe c’est Valient Thorr et ç'a été une claque en live! C’est énergique, ça joue grave et ça te met la banane direct ! Du coup j’ai acheté direct leur skeud "Immortalizer"  et bossé leurs ziks illico! Des putains de zicos et un chanteur carrément dingue ! Merci pour la piécette…

 

 

13. Il ne me reste plus qu'à vous remercier d'avoir pris le temps de répondre à cette interview, à vous souhaiter le meilleur pour la suite et à vous dire à très bientôt, pour une prochaine kro dans nos pages ou une kro partagée pendant un concert! Bye!

 

Merci à toi et au plaisir !

 

www.myspace.com/facedownattitude

 

tof facedown

Partager cet article
Repost0

commentaires