Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 16:51

autoproduction / 2006

Voilà donc la première production de nos amis audomarois de Nohnayme, une bande de djeunns fort sympathiques basée à Blendecques et avec laquelle j'ai eu le plaisir de partager deux affiches lorsque je jouais avec Netfastcore. Quid donc de la version studio de leur musique? En live, le groupe est impressionnant par l'énergie déployée par chacun de ses musiciens, les deux chanteurs assurant parfaitement la communication avec le public, affichant une forte proximité avec celui-ci. Leur "néo-core" recueille beaucoup de suffrages et provoque pas mal de remous dans le pit.  Qu'est ce que cela donne sur ce Silence Hurlant? Tout d'abord, pour terminer le parallèle avec le live, on note une similarité au niveau du son, à savoir de la puissance  mais aussi un côté brouillon largement compréhensible et excusable pour une jeune formation de 7(!) membres -et donc autant d'instruments à mixer-, au budget forcément pas illimité et qui, en fait, propose avec ce 9 titres d'une petite demi-heure un instantané de sa musique telle qu'elle est en ce moment, en attendant une échéance plus importante, c'est-à-dire l'enregistrement d'un album pour l'été 2007. Une fois cet aspect assimilé, on peut se lancer dans cet EP et se prendre les salves de Gils et Moon, riffeurs en chef, qui ne se privent pas pour nous distiller des parties très intéressantes et variées. Le style du groupe se dévoile au fur et à mesure que les pistes s'égrènent, on découvre ainsi un hardcore/métal rentre-dedans, dans lequel on reconnait certaines influences mais qui au final se montre désireux d'affirmer sa propre personnalité, avec un chant en français s'il vous plaît, une initiative délicate qui force le respect et qui prouve, si besoin était, la volonté de Nohnayme de se démarquer de la meute et d'évoluer dans sa sphère personnelle. Les deux hurleurs, à la voix bien écorchée (Tomtom) ou gutturale à la façon d'Arno de Black Bomb A (Ludg), se complètent avec efficacité pour apporter rage et dynamisme à l'ensemble. Les deux compères savent également calmer le jeu et passer en mode voix claire lors de passages plus tranquilles, ce qui permet de s'attarder sur les paroles et de découvrir les textes engagés ou introspectifs du septette, ayant pour thèmes la défense des animaux, les rapports entre ados et parents ou encore les enfants victimes de pédophiles (les paroles n'étant pas encore dispo sur le site du groupe ni dans le livret, nous en saurons plus avec l'interview du groupe). Sur ce plan, dans la catégorie "J't'arconnos t'es d'min coin!", les passages en français nous rappellent parfois leurs aînés audomarois d'Obscuration, qui avaient notamment enregistré un titre avec Stéphane Buriez en guest. Exercice périlleux, le chant clair en français est effectué avec soin et sans fausse note; espérons que le groupe poursuive ses efforts dans cette voie pour donner encore plus d'intérêt à l'exercice en question et pour faire passer ces parties vocales du statut d'intéressantes et prometteuses à celui de remarquables. Globalement, le "néo-core" de Nohnayme, mélange de néo métal (sans les rythmiques sautillantes bardées de "Jump! Jump!") pour certaines parties de chant et certaines rythmiques plus mid-tempo, de hardcore pour les parties plus agressives et de métal à vocation originale (d'ailleurs on reconnaît l'ombre de nos boulonnais de Tronckh, avec qui Nohnayme a également joué, lors du morceau d'ouverture), remplit sa mission en proposant 9 titres riches, puissants et variés qui prennent tout de suite l'auditeur à la gorge et ne le relâchent que 27 minutes plus tard. Le produit final est de fort belle facture, les compositions sont inspirées et bien exécutées, à 100 à l'heure ou parfois de manière plus saccadée, ce qui profite à cet EP en l'empêchant d'afficher des titres trop ressemblants. Indéniablement, on sent que le groupe a encore une grosse marge de progression, avec un effectif si fourni, donc une capacité de composition très ouverte et très large. La composition, comme nous l'avons souligné au début de cette chronique, c'est ce à quoi les Nohnayme s'emploient tranquillement en ce moment, ils vont donc, à n'en pas douter nous pondre quelques bombes d'ici à l'été 2007. Avec une grosse production mettant en avant les nombreuses qualités du combo (ouuuuuuuh quel vocabulaaaaaaire!!), nul doute que Nohnayme parviendra vite à se faire repérer et à se faire... un nom!

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
Salut mec !
Merci beaucoup pour cette magnifique chronique ! Elle est géniale , merci de donner tes avis ca le fait ^^
On se tient a disposition pour d'eventuelles questions ;)
Saloute ! A la prochaine ;)
 
tomtom and all NNM's familia
Répondre