Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2021 5 23 /04 /avril /2021 00:14
VICTIMS OF CONTAGION- 'Lamentations of the flesh bound'

SATANATH RECORDS/REBIRTH THE METAL PRODUCTIONS/2019

 

 

Petite note avant de démarrer, les amateurs de choses ternes et basiques risquent de développer de l'urticaire à l'écoute de ce très bon groupe.

 

Bien que sorti il y a deux ans chez Satanath Records en collaboration avec Rebirth The Metal Productions, le nom de ce combo américain est totalement raccord avec le contexte actuel.

 

Victims Of Contagion proposent ce premier album et n'y va pas de main morte de par ce death brutal et technique de très haute facture.

L'album proposé est un véritable voyage dans une atmosphère à la fois agressive et raffinée, d'ailleurs, le morceau « The Promethean Flame » est totalement à l'image de ce constat avec son intro posée au piano qui s'oriente après sur un véritable rouleau compresseur aux riches idées riffesques, rythmiques et aux vocaux enragés à souhait.

 

Un travail titanesque est porté sur la 'déstructuration des structures' passant de passages blastés ultra violents à quelque chose de plus planant en un millième de seconde, en passant par des instants plus saccadés.

 

Une brutalité schizophrénique s'allie par instants à des ambiances plus black metal aux riffs plus dissonants et des vocaux plus éraillés.

 

Notons la plus apte à résumer nos dires à ce propos : « Sisyphus (Virtue Of Suicide) » qui joue sur un terrain plus progressif que les autres.

Un constat à faire sur cet album est que le groupe allie parfaitement des passages old school à d'autres plus actuels.

 

Prenez aussi le bulldozer de plus de 12 minutes « Autophagous Horizons » qui vous colle une sacrée tarte et ne dégage aucun signe d'affaiblissement ni d'ennui au cours de ce presque quart d'heure américain.

Une folie rageuse copule avec un côté plus lourd et malsain.

Le travail rythmique est monstrueux et les alliances vocales très costauds.

 

Cet album est une véritable pépite en matière de technique et de vélocité, un chef d'oeuvre détonnant et il laisse présager du très lourd pour la suite.

Trente huit minutes de confinement forcé mais plaisant dont vous ne sortirez pas indemnes.

https://www.facebook.com/victimsofcontagion

Hugh Grunt

Partager cet article
Repost0

commentaires