Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 16:54
BLACK BLEEDING-'The Awakening'

NIHILISTIC HOLOCAUST/ 2017

 

 

Nihilistic Holocaust est un label français que l'on ne présente plus dans l'underground dans la mesure où il y a un sacré paquet d'années qu'il sévit dans le milieu par le biais de galettes ou cassettes proposant des artistes tout aussi underground qu'old school.

Aujourd'hui nous nous pencherons sur le cd « The Awakening » des franco-belges de Black Bleeding (forés en 1998) sorti en 2005 et remis au goût du jour par le label français.

 

Les amateurs de death metal vieille école seront comblés par cinq titres rugueux et accrocheurs pour un peu plus de vingt cing minutes de tabassage en bonne et due forme.

 

Les riffs sont sombres, le chant guttural et caverneux death se voit accompagné de backing vocals plus black. Les riffs varient, entrecoupés de breaks soit plus rapides ou plus lourds et c'est d'ailleurs cet aspect massif qui sait impacter au long des titres proposés.

Pour exemple « One With The Universe » propose bien ce profil poisseux qui étouffera les plus débutants d'entre vous. Les blasts déroulent, les mélodies se font malsaines et le chant vocifère à foison.

 

Le style sait varier comme pour « Lord Of The Worms » et sa touche plus black et mélodique.

Le rythme brutalise impitoyablement par ses blasts déments, le chant colle bien aux mélodies plus prononcées. Une véritable rafale s'abat sur l'auditeur et l'énergie explose brutalement et laissera des séquelles incurables

Le côté mélodique s'impose également sur « Proxima Centauri » où l'accroche est également de mise avec ce côté assez hispanisant.

 

« Demonic quantum boundaries » par son intro s'avère comme un leurre pour tout auditeur qui aurait cru à une trêve, à quelque chose plus posé, limite doom/ sabbathien.

En effet, suite à cet apaisement bref, les choses tournent au vinaigre pour les moins averti avec le death infernal et obscur.

Morceau le plus long de la galette, il sait varier considérablement les atmosphères, jonglant toujours entre blasts et parties plus hypnotiques où se répètent les riffs qui vous plongeront dans vos derniers retranchements pour ensuite se clore sur un passage ambient et planant au clavier.

 

Une sympathique réédition pat Nihilistic Holocaust, et une bonne découverte pour qui ne connaissait pas encore le combo franco-belge.

Les amateurs de death d'antan avec ce côté sombrre à la Incantation mais aussi aux mélodies plus accès black puis à la tatane blastienne impitoyable seront ravis.

 

Hugh Grunt

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires