Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 22:55
L'HOMME ABSURDE-'Monsters'

FONO LTD/2016

 

 

Nous nous aventurerons aujourd'hui en Russie avec L'homme Absurde, projet formé en 2015 sous forme d'un one man band et renforcé ensuite de trois autres membres.

Composé de huit titres assez longs (le plus court avoisine les cinq minutes), le ton du groupe russe est pleinement post black metal aux ambiances atmosphériques bien mises en avant.

 

Les aspects glaciaux dominent comme déjà dès le premier titre « Sold » et ces notes en arpèges aussi cristallines que mélancoliques.

Les rythmes quant à eux varient sur tous types de tempos.

Du mid-tempo permanent, on trouve également des parties blastées mais encore du break beaucoup plus lourd.

 

Les mélodies véhiculent la tristesse et se répètent puis varient sur des passages aux notes plus prolongées et la basse plus massive les accompagnent naturellement et sans accroc.

Sur le point de vue vocal, il se fait perçant et plaintif et se marie bien à l'osmose musicale.

 

Dès le second titre « Villains », L'homme absurde corse nettement le ton.

Même si le pessimisme mélodique est toujours de mise, la blast y met également du sien et l'ensemble impose de par un son distordu un véritable phénomène de blizzard sonore qui solidifiera le sang de l'auditeur.

Des variations progressives entament le travail pour porter un peu plus de légèreté et d'autres variations, elles, définissent un côté plus guerrier.

 

L'ensemble de l'album se propose sur ces différents schémas avec de bonnes variations qui permettent d'offrir un black metal progressant sur des moments où le spleen est au premier plan, d'autres où une agressivité hivernale opère et d'autres où L'homme absurde propose une formule qui fera plutôt voyager l'auditeur vers des mondes plus apaisés.

 

On saura apprécier « Disillusion » avec notamment ce passage où déferle la double pédale sur cette mélodie redondante. Un cocktail explosif dans un titre qui avait pourtant démarré de manière posée et qui terminera plus calmement encore avec ces arpèges clairs accompagnés de cette lourde basse et de ce rythme down-tempo.

 

« Stayed » varie également le jeu selon les passages.

Pas mal d'instants où l'accent est mis sur la basse alors que suivent les arpèges dans une ambiance presque batcave et ceux ci se marient à d'autres nettement plus massifs et black metal où les vocaux se déchaînent au même titre que le rythme.

 

« Monsters » est un album varié d'un post black metal qui ravira tant les amateurs de DSBM que ceux qui sont plus féru de black metal progressif.

 

Hugh Grunt

Partager cet article

Repost 0
Published by Hugh Grunt - dans CHRONIQUES
commenter cet article

commentaires