Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 22:10
DARKESTRAH/AL NAMROOD- 'Akyr Zaman/Tajer Al Punqia split cd'

SHAYTAN PRODUCTIONS/ 2016

 

 

C'est aujourd'hui un split axé black metal auquel nous allons jeter l'oreille, et ce split international regroupe deux formations loin d'être voisines.

D'un côté Darkestrah donne dans un black metal assez atmosphérique et nous viens d'Allemagne (et d'origine du Kirghizistan) alors que de l'autre, nous avons Al Namrood qui avec ce black metal oriental nous arrive d'Arabie Saoudite (terre peu commune et ultra discrète en matière de metal).

 

C'est Darkestrah qui démarre les hostilités avec une ambiance oppressante dès son départ proposé par du chant polyphonique avant qu'une mélodie de clavier rythmée par des percussions ne poursuive cette entrée en matière d' « Akyr Zaman », titre d'environ treize minutes.

Quatre minutes se déroulent dans cette ambiance avant que ne surgisse le dynamisme porté par le chant black puis les guitares distordues qui poursuivent.

Le blast s'entame ensuite ainsi que des arrangements au violon venant enrichir l'atmosphère.

Le titre varie ensuite sur un aspect plus guerrier où la double pédale injecte encore plus d'impact et d'agressivité.

La rythmique belliqueuse se voit agrémentée de bien lourds tambours épiques.

 

Al Namrood vient poser cette autre pierre à cette collaboration avec pour sa part deux titres, et là, force est de constater que les saoudiens s'y attellent avec beaucoup plus d'agressivité que leurs prédécesseurs.

Dès « Tajer Al Punqia I », le rythme dynamique tape sèchement et blaste à souhait, les riffs sortent des mélodies orientales très entraînantes, et le chant clair caverneux vocifère en saoudien (langue collant bien au style).

On trouve pas mal d'interludes instrumentaux traditionnels qui savent poser ce charme supplémentaire à l'effet provoqué.

On pourra penser à un mix entre Nile et Melechesh, et une folie plaisante émane de cet art saoudien.

 

Le titre suivant « Tajer Al Punqia II » calme un peu plus le jeu.

Le départ est lancinant et serpentueux, les instants traditionnels sont toujours de mise et en imposent pleinement puis renforcent cette aisance à l'accroche.

Le rythme s'est considérablement ralenti et sur ce titre, le travail est plus basé sur les ambiances.

L'auditeur se trouve en plein désert assommé par cette rythmique caniculaire et emporté par des riffs ensorceleurs et ce chant varié.

 

Une bonne collaboration entre deux combos aux facettes black metal différentes.

Epique et plus atmosphérique pour Darkestrah et plus axé sur les tons orientaux pour Al Namrood, chacun des groupes sait apporter quelque chose de très catchy.

Hugh Grunt

Partager cet article

Repost 0
Published by Hugh Grunt - dans CHRONIQUES
commenter cet article

commentaires

Angeline 03/04/2017 13:31

j'aime me promener ici. un bel univers. venez visiter mon blog.

Angelilie 01/04/2017 14:02

toujours un plaisir de flâner sur vos pages. au plaisir de revenir