Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 21:48
SUMA-'The Order Of Things'

THRONE RECORDS/ ARGONAUTA RECORDS/INIT RECORDS (USA)/TARTARUS RECORDS/ 2016

 

 

Ceux qui me connaissent un minimum savent à quel point j'apprécie, que dis-je, j'aime Suma. Et c'est avec grande impatience que j'attendais ce nouvel album du quatuor de Malmö. Si le groupe nous a gratifié d'un split avec mes compatriotes d'Ultraphallus et d'une tape live à Moscou c'est tout ce que nous avons eu à nous mettre sous la dent depuis la sortie de leur troisième lp « Ashes » en 2010. C'est donc en soi un petit événement que d'avoir 7 nouveaux titres pour 57 minutes de Post-Noisy-Doom.

 

Point de vue line up, changement de taille. Dr Jovan, qui assurait le chant sur les trois premiers albums et la tripotée de splits est parti. La conséquence directe est que Johan devient dès lors bassiste chanteur. Et un nouveau membre fait son apparition. Rick qui distille ses drones, samples et autres éléments ambiants.

 

Une fois n'est pas coutume, commençons cette critique par le son global de l'album. Avec 3 albums sur quatre, le groupe a fait le voyage jusqu'à Portland chez le sieur Billy Anderson. Et, il fallait s'y attendre,le son est massif, écrasant, étouffant.

 

L'album est disséqué en deux parties. 3 chansons assez courtes plus atmosphériques et quatre morceaux qui sont la bande originale de l'apocalypse. Ni plus, ni moins.

 

« The Sick Present » ouvre l'album. Une intro de 4 minutes immergeant l'auditeur dans l'univers de ce « The Order of Things ».

 

Avec « Bait For Maggots ». Le sentiment de mal être est instantané. Johan vocifère tout du long mais de manière sournoise, la voix, reléguée au second plan laisse la guitare de Peter et la batterie d'Erik s'exprimer à plein rendement. On a ce sentiment d'être en pleine mer, sur un bateau tanguant par la force des flots. La nausée est proche, mais Suma, en guide spirituel est plus que jamais présent pour continuer à nous maltraiter.

 

« RPA », véritable titre opaque commence par cette batterie si caractéristique. La frappe est lourde, sèche. C'est puissant. Moins linéaire que « Bait For Maggots », on dirait une version dézinguée des Melvins.

 

On pourrait croire que « Being And/Or Nothingness » apaise un peu ce ressenti pesant qui nous envahit depuis la première seconde. C'est atmosphérique oui. Mais c'est une atmosphère d'un putain de cauchemar. Le voix viennent de partout, les textures sonores mangent le crâne. Pas de doute, nous sommes dans l'antre de la folie.

 

Nous entamons le morceau le plus long de l'album. « Education for Death ». On est pris à la gorge, et la sensation d'étranglement est de plus en plus perceptible au fur et à mesure que le morceau se dévoile. La sensation d'emprise est incroyablement puissante. Le titre, d'une construction impeccable, se pose, crescendo la tension monte. Jusqu'aux trois dernières minutes qui font encore monter la tension d'un cran. La violence vient de tout côté. Je suppose que c'est , toute proportion gardée, la même réaction que l'on a lorsqu'on se retrouve en plein tsunami sans savoir que faire. On est débordé, acculé de toute part.

 

« Disorder of things », a le tempo le plus soutenu de l'album. C'est cependant toujours aussi crasseux. Le cris venus d'on ne sait où se mêlent à cette bouillie ( dans le sens très classe du terme ) sonore. La fin ambiante sert de tremplin pour le titre final  « The Greater Dying ». La guitare claire, presque post-rock ( le delay y est pour beaucoup), fourmille. La torpeur ambiante est mise à mal lorsque la batterie d'Erik nous fait ouvrir un œil avant de nous balancer un pattern qui va nous bercer. C'est qu'on a prit cher durant les précédents titres. La voix se veut moins assassine, malgré la profondeur qui en découle. On se sent dériver, on ne peut résister à ce riff qui se répète inlassablement. On perd littéralement pied lors des trois dernières minutes où les longs fondus de guitare, de cymbales et bruits ambiant en tout genre finissent par nous faire perdre connaissance.

 

Ce n'est jamais facile de revenir après une absence si longue. Suma le fait haut la main et nous offre ici l'album de la maturité. J'espère juste qu'il y aura un nouvel album avant 2024, parce que putain, des claques comme ça j'en veux chaque année. Album de l'année en ce qui me concerne.

Doomyan

Partager cet article

Repost 0
Published by Doomyan - dans CHRONIQUES
commenter cet article

commentaires

inziz 13/01/2017 09:50

EW pardon

inziz 13/01/2017 09:49

Mieux que Ashes? Qui était une semi déception chez moi après Let the churches... Qui reste pour moi le meilleur album qu'EX n'a jamais sorti.