Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 15:14
KOSMOS -'Le Voyage'

AUTOPRODUCTION/ 2016

 

 

Dirigeons nous aujourd'hui sur des contrées obscures black metal avec le 4eme album du projet français Kosmos qui au fil de huit titres nous emmène dans un voyage d'un peu plus de 40 minutes d'un black metal aux tons progressifs et atmosphériques.

 

Fort d'un artwork bien agencé par xOv, l'oeuvre proposée renferme un ésotérisme bien présent.

 

Introduit par « Revelations » avec un début rituel, les mélodies arrivent petit à petit sur un blast qui déjà hypnotise, renforcé ensuite par des sons cristallins de gratte, puis le rythme s'accélère ensuite emmenant avec lui un aspect épique et mélancolique.

 

C'est ensuite « Light » qui s'impose dès l'ouverture bien lancinante, avec cette alliance vocale et musicale qui dégagent un aspect glacial.

Des breaks accélérés viennent porter plus de puissance et l'on découvre ensuite des nappes atmosphériques qui assurent des ambiances assez intrigantes.

Le morceau rayonne déjà d'idées intéressantes, un pont aux arpèges et aux rythmes plus complexes viennent finaliser ce qui s'avère déjà comme un solide titre.

 

Les dissonances et la lourdeur démarrent « Thriving Wisdom » qui ensuite propose un jeu de cassures de rythmes et l'on s'achemine progressivement vers un aspect plus violent où le blast fait rage. Le ton des riffs revient lui sur cet ambiance épique que l'on trouve beaucoup chez Kosmos.

Les variations sont riches et elles permettent l'accroche constante de l'auditeur qui se retrouve plongé dans une certaine méditation à l'écoute de ce black techniquement bien balancé.

 

« An Angel Behind Each Star » donne dans l'accrocheur dès le début. Le rythme puis le riff restent aisément en tête qui se voit remuante et l'on appréciera également les nappes de clavier planantes comme il se doit. Le démarrage se fait donc dans cette entraînante lourdeur et l'aspect progressif étant, on retrouve ces touches plus légères et complexes qui injectent une certaine originalité dans ce black riche. Le riff solo qui nous emmène à l'issue du titre, le fait naturellement arrivant de nulle part mais agrippant l'esprit pour ne le relâcher qu'en fin de parcours.

 

« Divine Sword Anthem » débute sur ce ton assez folk avant qu'un tonnerre d'énergie puissant, brutal mais encore une fois mélancolique dans l'enchaînement des notes.

On retrouve dans le black de Kosmos un sens des structures barrés comme l'on pourrait pense pour Fleurety ou encore Ved Buens Ende également avec cette présence de riffs dissonants et de passages aux rythmes labyrinthiques.

« Mountains Are Talking » vient instrumentalement imposer une certaine légèreté au voyage en cours et la mélancolie est ici à son apogée. Planant et prenant, le morceau progresse vers une orchestration qui prend aux tripes.

 

« Shamanic Visions » revient sur cette lancinante rythmique qui contribue à l'aspect hypnotique encore une fois soutenu par ces dissonantes guitares et cette lourde basse.

Les vocaux sont toujours aussi perçants , rythmiquement, une accélération insuffle de l'énergie puis l'on revient dans l'hypnose.

 

L'aventure se termine avec « Le Voyage » toujours richement constitué de variations de thèmes. Les dissonants arpèges, le rythme mid tempo : un ensemble qui s'ancre facilement en mémoire, accélération avec une double affirmée pour alourdir, nappes de claviers orchestrant le tout et solo qui permet d'accompagner l'auditeur dans cette expérience qui déjà se termine.

 

Kosmos maîtrise son art de manière bien confirmée et parvient à nous maintenir dans son voyage avec haleine.

Technique et prenant, ce projet ne sera pas sans déplaire aux amateurs de formation telles que Blut Aus Nord ou même Smohalla.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Hugh Grunt - dans CHRONIQUES
commenter cet article

commentaires