Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 22:47
GLOOMY GRIM- ' The Age Of Aquarius'

MURDHER RECORDS/ SATANATH RECORDS/ 2016

 

 

Est il bien nécessaire de présenter Gloomy Grim, pilier du black metal lugubre qui sévit déjà depuis 1995 ?

Le groupe finlandais a toujours su se démarquer avec ses ambiances bien particulières, ces atmosphères malsaines et originales tirées tout droit de films d'horreur.

On se rappelle notamment de leur premier album « Blood, Monsters, Darkness » qui déjà à l'époque avait fait parler de lui.

Le style a su évoluer avec l'incorporation d'un vrai batteur, mais le combo a toujours su conserver sa propre identité.

 

Les atmosphères varient, donc, au fur et à mesure des morceaux, et Gloomy Grim propose ici une bonne dose brute de décoffrage avec par exemple « A Lady In White » démarré par ces notes de piano toujours également fidèles au poste pour poser cet aspect mélancolique.

Les échanges instrumentaux se font ensuite plus vifs avec une rythmique agressive, la voix quant à elle est toujours aussi habitée et l'on se plaît à constater qu' Agathon vocifère avec encore plus de hargne au vu des cris hystériquement perçants que l'on retrouve. Un break plus ambient avec la présence de choeurs (encore d'ailleurs l'un des points forts et typiques à ces finlandais) et l'on notera également le break hispanisant qui vient injecter encore plus d'originalité.

 

Un lourd panel d'ambiances cauchemardesques se voit imposé sur « One Night I Heard A Scream », et la partie la plus planante/inquiétante fera frissonner tout auditeur qui se respecte. Les orchestrations renforcent l'entité de Gloomy Grim, vocalement, les forces infernales s'expriment en growls ou en hurlements encore plus endommageants qu'un pic à glace.

 

Le ton martial est récurrent dans cet album, tel un appel à la guerre contre les culs bénis et l'agressivité en est accrocheuse. Suivez l'exemple de « The Rise Of The Great Beast ». Mélancolie portée par le piano, chant qui fait appel au Malin et mélodies de grattes oppressantes qui pèsent lourd.

 

Des racines thrash démarrent « Germination »  qui alterne également sur des breaks très caverneux, massifs et incantatoires.

 

« The Mist » est également costaud en matière d'efficacité. On retrouve dans ce titres les bonnes vieilles touches d'antan, aux claviers inquiétants et cette rythmique stable qui en hypnotisera plus d'un.

 

« Time » est le titre au démarrage le plus théâtral et donc doté de plus de passages orchestraux flippants qui triturent bien le cerveau. La rythmique est lancinante et l'ampleur du titre se fait telle qu'une violence sans remord émane ici. Des variantes plus thrash viennent casser le trip mais injectent une pêche empoisonnée. Le final du titre avec ces violons maladifs est puissant.

 

« Trapped In Eternal Darkness » fait office de conclusion, au piano et la mélancolie encore s'en dégage avec ferveur. Le titre apparaît comme la bande son finale et fatale de votre cauchemar.

 

Et bien il aura fallu attendre huit ans pour cet album, et l'on retrouve Gloomy Grim en pleine forme, encore plus anticlérical qu'avant. De plus le groupe a su conserver leur identité originale. Rien à prouver de plus, les amateurs de lugubre et de malsain apprécieront.

 

https://www.facebook.com/AgathonTheBeast/?fref=ts

Partager cet article

Repost 0
Published by Hugh Grunt - dans CHRONIQUES
commenter cet article

commentaires