Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

18 octobre 2016 2 18 /10 /octobre /2016 16:46
DEAD ACID PEOPLE-'Mocker Fuzzers'

AUTOPRODUCTION/ 2016

 

 

Les parisiens de Dead Acid People se sont formés en 2014 et ils viennent ici nous proposer leur premier album de huit titres pour un peu moins de 40 minutes d'un rock bien ancré stoner fuzzy old school.

 

A l'écoute des morceaux, on retrouve ces ambiances assez grunge/stoner et même rock/noise des années 90.

Un son bien lourd avec des grattes fuzz, un chant bien rock, des passages planants comme sur « Sell Me To The Dust » par exemple.

 

Le son et l'ambiance sont assez vintage dans l'ensemble et varient au gré des morceaux qui diffèrent rythmiquement mais également en matière de concentration d'énergie.

 

On a par exemple « Happiness » et cette basse bien en avant qui ne sera pas sans rappeler l'atmosphère que l'on peut retrouver dans la scène post-punk/ batcave avec en plus une accentuation de la mélancolie qui règne dans ce titre.

 

« Burn Out » a un potentiel groovesque et accrocheur de haut niveau.

Dès l'intro et cette basse puissante, nous voici secoués à une amplitude de 800 sur l'échelle de Groovechter. Ce refrain mélodique, lui, vous accroche comme le plus cher des Van Gogh c'est à dire avec le plus grand soin pour que vous y prêtiez/laissiez l'oreille.

Un break down tempo fait bien planer puis le groove refait surface, signant ce retour très efficacement.

 

« Burning Man » gonfle également le ton avec ces guitares bien lourdes à la Fu Manchu. Mid tempo, elle enferme un côté assez bluesy dans l'idée au départ puis une accélération vient injecter une dynamique.

 

« Blood Red Ride » semble avoir été composé pour faire remuer l'auditeur et doit amener une bonne pêche en concert sur ce fond de rock'n'roll capricant. Encore une fois, Dead Acid People tape bien fort en matière d'accroche.

 

Bien prometteur ce premier album qui ravira les amateurs de rock très stoner fuzzy, aux nostalgiques du groove des 90's, et il se laisse écouter sans encombre. Prenant, fuzzement lourd, chapeau.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hugh Grunt
commenter cet article

commentaires