Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Liens

31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 20:56
BLACK ANTLERS-'Demo III'

SYMBOL OF DOMINATION PRODUCTIONS/ 2013

 

 

C'est une collaboration entre un américain et un croate qui est l'oeuvre Black Antlers et c'est sur cette démo sortie en 2013 proposé par le label Symbol Of Domination Productions que nous allons nous attarder aujourd'hui.

 

Quatre titres pour environ vingt minutes d'un black metal très raw auquel vient s'allier une part très ambient.

On tape ici dans le purement underground avec dès le départ « Pure » qui introduit à la guitare folk afin de poser une douce touche avant que ne débute l'acharnement.

 

Parce que dès les premières notes de « Wert Des Lebens », on se rend bien compte que l'auditeur traversera un instant très lugubre.

Démarrage incantatoire avant que le black bien raw bien violent ne vienne sacrifier cet instant qui semblait jusqu'alors posé.

Une batterie démoniaque tabasse sur les riffs très 'lames de rasoir' et les vocaux bien mis en avant (un peu à la manière des premiers albums de Beherit) varient entre le très haut perché et perçant à vous endommager les tympans, le plus grogné, puis des variations plus graves.

 

Sur « Erasing Hate », l'intro ambient est intrigante avant que n'interviennent des riffs mélancoliques rendant le corps du morceau très Dsbm avec ces vocaux grinçants des plus torturés.

Le rythme, ensuite, s'acharne telle une attaque de démence et l'on revient à cette funéraire valse avant de terminer écrasé et étouffé par tant de hargne.

 

Et l'on termine doucement, sur une piste folk/ambient un peu à la Kraina Bez Wiatru, avec cette guitare acoustique et ces lourds rythmes, cet ensemble refermant de façon paisible et soporifique la page de ces vingt minutes alternant une cruelle haine et une ambiance atmosphérique.

 

Une démo qui ravira les amateurs d'ultra underground, à ceux qui ne regarderont pas la qualité sonore mais l'esprit des décombres, les dérangés en quête d'une bande son où le cerveau s'y retrouvera anéanti et aux amateurs de schizophrénie sonore.

 

Hugh Grunt

Partager cet article

Repost 0
Published by Hugh Grunt - dans CHRONIQUES
commenter cet article

commentaires